Scroll to navigation

SCHED_SETSCHEDULER(2) Manuel du programmeur Linux SCHED_SETSCHEDULER(2)

NOM

sched_setscheduler, sched_getscheduler - Lire et définir la politique d'ordonnancement et ses paramètres

SYNOPSIS

#include <sched.h>
int sched_setscheduler(pid_t pid, int policy,
                       const struct sched_param *param);
int sched_getscheduler(pid_t pid);

DESCRIPTION

L'appel système sched_setscheduler() affecte la politique d'ordonnancement et ses paramètres associés pour le thread identifié par pid. Si pid vaut zéro, la politique et les paramètres seront affectés au thread appelant.

Les paramètres d'ordonnancement sont précisés dans l'argument param qui est un pointeur vers une structure qui présente la forme suivante :


struct sched_param {
    ...
    int sched_priority;
    ...
};


Dans son implémentation actuelle, la structure ne contient qu'un seul champ, sched_priority. L'interprétation du champ param dépend de la politique choisie.

Actuellement, Linux accepte les politiques d'ordonnancement suivantes considérées « normales » (c'est à dire non « temps réel ») comme valeurs pouvant être passées dans policy :

SCHED_OTHER
politique standard de temps partagé « round-robin » ;
SCHED_BATCH
pour une exécution de style traitement par lot des processus ; et
SCHED_IDLE
pour l'exécution de tâches de très faible priorité en arrière-plan.

Pour chacune des politiques suivantes, param->sched_priority doit valoir 0.

Les politiques « temps réel » suivantes sont également gérées, pour des applications particulières sensibles au temps et qui nécessitent un contrôle précis de la façon dont sont choisis les threads qui doivent être exécutés. Pour en savoir plus sur les règles s'appliquant lorsqu'un processus doit utiliser ces politiques, consultez sched(7). Les politiques « temps réel » qui sont acceptées dans policy sont :

SCHED_FIFO
une politique de « premier entré, premier sorti » ; et
SCHED_RR
une politique « round-robin ».

Pour chacune des politiques décrites précédemment, param->sched_priority indique une priorité d'ordonnancement pour le thread. Il s'agit d'un nombre compris dans un intervalle borné par les valeurs renvoyées par des appels à sched_get_priority_min(2) et à sched_get_priority_max(2) en indiquant dans policy la politique choisie. Sous Linux, ces appels systèmes renvoient respectivement 1 et 99.

Depuis Linux 2.6.32, l'attribut SCHED_RESET_ON_FORK peut être inclus à l'aide d'un OU binaire dans policy dans l'appel à sched_setscheduler(). Lorsque cet attribut est utilisé, les enfants créés par fork(2) n'héritent pas de politiques d'ordonnancement privilégiées. Pour plus détails, vous pouvez vous reporter à sched(7).

sched_getscheduler() renvoie la politique d'ordonnancement en cours d'utilisation pour le thread identifié par pid. Si pid vaut zéro, la politique du thread appelant sera renvoyée.

VALEUR RENVOYÉE

sched_setscheduler() renvoie 0 s'il réussit. sched_getscheduler() renvoie la politique pour le thread (un entier non négatif) s'il réussit. En cas d'échec, les deux appels renvoient -1 et errno prend la valeur du code d'erreur.

ERREURS

EINVAL
Arguments invalides : pid est négatif ou param vaut NULL.
EINVAL
(sched_setscheduler()) policy ne fait pas partie des politiques acceptées.
EINVAL
(sched_setscheduler()) Le paramètre param n'a pas de sens pour la politique d'ordonnancement (policy) utilisée.
EPERM
Le thread appelant ne possède pas les privilèges nécessaires.
ESRCH
Le thread numéro pid n'existe pas.

CONFORMITÉ

POSIX.1-2001, POSIX.1-2008 (mais voir la section BOGUES ci-dessous). Les politiques SCHED_BATCH et SCHED_IDLE sont spécifiques à Linux.

NOTES

La page de manuel de sched(7) contient davantage d'informations sur les politiques d'ordonnancement « normales » et « temps réel » présentées précédemment. Cette page décrit aussi une politique supplémentaire, SCHED_DEADLINE, paramétrable uniquement à l'aide de sched_setattr(2).

Les systèmes POSIX sur lesquels sched_setscheduler() et sched_getscheduler() sont disponibles définissent _POSIX_PRIORITY_SCHEDULING dans <unistd.h>.

POSIX.1 ne détaille pas quelles permissions sont nécessaires pour qu'un thread non privilégié puisse appeler sched_setscheduler() et les détails dépendent des systèmes. Par exemple, la page de manuel de Solaris 7 dit que l'UID réel ou effectif du thread appelant doit correspondre à l'UID réel ou le set-user-ID enregistré de la cible.

Sous Linux, la politique et les paramètres d'ordonnancement sont en fait des attributs par threads. La valeur renvoyée par un appel à gettid(2) peut être passée dans l'argument pid. Lorsque la valeur de pid indiquée est 0, les attributs seront définis pour le thread appelant ; lorsque cette valeur est celle renvoyée par getpid(2), les attributs modifiés seront ceux du thread principal du groupe de threads (si vous utilisez l'API de manipulation des threads POSIX, alors utilisez pthread_setschedparam(3), pthread_getschedparam(3) et pthread_setschedprio(3) plutôt que les appels système sched_*(2)).

BOGUES

POSIX.1 dit qu'en cas de réussite, sched_setscheduler() devrait renvoyer la politique d'ordonnancement précédente. La version Linux de sched_setscheduler() ne se conforme pas à cette demande puisqu'elle renvoie toujours 0 en cas de réussite.

VOIR AUSSI

chrt(1), nice(2), sched_get_priority_max(2), sched_get_priority_min(2), sched_getaffinity(2), sched_getattr(2), sched_getparam(2), sched_rr_get_interval(2), sched_setaffinity(2), sched_setattr(2), sched_setparam(2), sched_yield(2), setpriority(2), capabilities(7), cpuset(7), sched(7)

COLOPHON

Cette page fait partie de la publication 5.10 du projet man-pages Linux. Une description du projet et des instructions pour signaler des anomalies et la dernière version de cette page peuvent être trouvées à l'adresse https://www.kernel.org/doc/man-pages/.

TRADUCTION

La traduction française de cette page de manuel a été créée par Christophe Blaess <https://www.blaess.fr/christophe/>, Stéphan Rafin <stephan.rafin@laposte.net>, Thierry Vignaud <tvignaud@mandriva.com>, François Micaux, Alain Portal <aportal@univ-montp2.fr>, Jean-Philippe Guérard <fevrier@tigreraye.org>, Jean-Luc Coulon (f5ibh) <jean-luc.coulon@wanadoo.fr>, Julien Cristau <jcristau@debian.org>, Thomas Huriaux <thomas.huriaux@gmail.com>, Nicolas François <nicolas.francois@centraliens.net>, Florentin Duneau <fduneau@gmail.com>, Simon Paillard <simon.paillard@resel.enst-bretagne.fr>, Denis Barbier <barbier@debian.org>, David Prévot <david@tilapin.org>, Cédric Boutillier <cedric.boutillier@gmail.com>, Frédéric Hantrais <fhantrais@gmail.com> et Jean-Philippe MENGUAL <jpmengual@debian.org>

Cette traduction est une documentation libre ; veuillez vous reporter à la GNU General Public License version 3 concernant les conditions de copie et de distribution. Il n'y a aucune RESPONSABILITÉ LÉGALE.

Si vous découvrez un bogue dans la traduction de cette page de manuel, veuillez envoyer un message à debian-l10n-french@lists.debian.org.

15 septembre 2017 Linux