Scroll to navigation

GETPEERNAME(2) Manuel du programmeur Linux GETPEERNAME(2)

NOM

getpeername - Obtenir le nom d'un correspondant connecté sur une socket

SYNOPSIS

#include <sys/socket.h>

int getpeername(int sockfd, struct sockaddr *addr, socklen_t *addrlen);

DESCRIPTION

La fonction getpeername() renvoie l'adresse du correspondant connecté sur la socket sockfd, dans le tampon pointé par addr. Le paramètre addrlen doit être initialisé pour indiquer la taille de la zone pointée par addr. En retour, il contiendra la longueur effective (en octets) du nom retourné. Le nom est tronqué si le tampon est trop petit.

L'adresse renvoyée est tronquée si le tampon fourni est trop petit ; dans ce cas, addrlen renverra une valeur supérieure à celle fournie lors de l'appel.

VALEUR DE RETOUR

S'il réussit, cet appel système renvoie 0. S'il échoue, il renvoie -1 et remplit errno en conséquence.

ERREURS

EBADF
The argument sockfd is not a valid file descriptor.
EFAULT
Le paramètre addr pointe en dehors de l'espace d'adressage accessible.
EINVAL
addrlen n'est pas valable (négatif, par exemple).
ENOBUFS
Les ressources système disponibles sont insuffisantes.
ENOTCONN
La socket n'est pas connectée.
ENOTSOCK
The file descriptor sockfd does not refer to a socket.

CONFORMITÉ

POSIX.1-2001, POSIX.1-2008, SVr4, 4.4BSD (getpeername() first appeared in 4.2BSD).

NOTES

For background on the socklen_t type, see accept(2).

Pour les sockets flux, une fois que connect(2) a été réalisé, chaque socket peut appeler getpeername() pour obtenir l'adresse de la socket correspondante. D'un autre côté, les sockets datagramme sont sans connexion. Appeler connect(2) sur une socket datagramme définit simplement l'adresse correspondante pour les datagrammes sortants envoyés avec write(2) ou recv(2). L'appelant de connect(2) peut utiliser getpeername() pour obtenir l'adresse correspondante qui est définie plus tôt pour la socket. Cependant, la socket correspondante ne connaît pas ces renseignements et appeler getpeername() sur la socket correspondante ne renverra aucun renseignement utile (sauf si un appel connect(2) est aussi exécuté sur la correspondante). Remarquez aussi que le destinataire d'un datagramme peut obtenir l'adresse de l'expéditeur en utilisant recvfrom(2).

VOIR AUSSI

accept(2), bind(2), getsockname(2), ip(7), socket(7), unix(7)

COLOPHON

Cette page fait partie de la publication 5.05 du projet man-pages Linux. Une description du projet et des instructions pour signaler des anomalies peuvent être trouvées à l'adresse https://www.kernel.org/doc/man-pages/.

TRADUCTION

La traduction française de cette page de manuel a été créée par Christophe Blaess <http://www.blaess.fr/christophe/>, Stéphan Rafin <stephan.rafin@laposte.net>, Thierry Vignaud <tvignaud@mandriva.com>, François Micaux, Alain Portal <aportal@univ-montp2.fr>, Jean-Philippe Guérard <fevrier@tigreraye.org>, Jean-Luc Coulon (f5ibh) <jean-luc.coulon@wanadoo.fr>, Julien Cristau <jcristau@debian.org>, Thomas Huriaux <thomas.huriaux@gmail.com>, Nicolas François <nicolas.francois@centraliens.net>, Florentin Duneau <fduneau@gmail.com>, Simon Paillard <simon.paillard@resel.enst-bretagne.fr>, Denis Barbier <barbier@debian.org> et David Prévot <david@tilapin.org>

Cette traduction est une documentation libre ; veuillez vous reporter à la GNU General Public License version 3 concernant les conditions de copie et de distribution. Il n'y a aucune RESPONSABILITÉ LÉGALE.

Si vous découvrez un bogue dans la traduction de cette page de manuel, veuillez envoyer un message à <debian-l10n-french@lists.debian.org>.

15 septembre 2017 Linux