Scroll to navigation

MKTEMP(3) Manuel du programmeur Linux MKTEMP(3)

NOM

mktemp - Créer un nom de fichier temporaire unique

SYNOPSIS

#include <stdlib.h>
char *mktemp(char *template);


Exigences de macros de test de fonctionnalités pour la glibc (consulter feature_test_macros(7)) :

mktemp() :

Depuis la glibc 2.12 :
(_XOPEN_SOURCE >= 500) && ! (_POSIX_C_SOURCE >= 200112L) || /* Glibc since 2.19: */ _DEFAULT_SOURCE || /* Glibc <= 2.19: */ _SVID_SOURCE || _BSD_SOURCE
Avant la glibc 2.12 :
_BSD_SOURCE || _SVID_SOURCE || _XOPEN_SOURCE >= 500

DESCRIPTION

Never use this function; see BUGS.

La fonction mktemp() crée un nom de fichier temporaire unique, en utilisant le motif template. Les 6 derniers caractères de template doivent être XXXXXX, et ils seront remplacés par une chaîne rendant le nom de fichier unique. Comme il sera modifié, template ne doit pas être une chaîne constante, mais un tableau de caractères.

VALEUR RENVOYÉE

La fonction mktemp() renvoie toujours template. Si un nom unique est crée, les six derniers octets de template seront modifiés afin que le nom résultant soit unique. Si un nom unique ne peut être créé, template est une chaîne vide et errno contient le code d'erreur.

ERREURS

EINVAL
Les 6 derniers caractères de template ne sont pas XXXXXX.

ATTRIBUTS

Pour une explication des termes utilisés dans cette section, consulter attributes(7).
Interface Attribut Valeur
mktemp() Sécurité des threads MT-Safe

CONFORMITÉ

BSD 4.3, POSIX.1-2001. POSIX.1-2008 supprime la spécification de mktemp().

BOGUES

Never use mktemp(). Some implementations follow 4.3BSD and replace XXXXXX by the current process ID and a single letter, so that at most 26 different names can be returned. Since on the one hand the names are easy to guess, and on the other hand there is a race between testing whether the name exists and opening the file, every use of mktemp() is a security risk. The race is avoided by mkstemp(3) and mkdtemp(3).

VOIR AUSSI

mktemp(1), mkdtemp(3), mkstemp(3), tempnam(3), tmpfile(3), tmpnam(3)

COLOPHON

Cette page fait partie de la publication 5.07 du projet man-pages Linux. Une description du projet et des instructions pour signaler des anomalies et la dernière version de cette page, peuvent être trouvées à l'adresse https://www.kernel.org/doc/man-pages/.

TRADUCTION

La traduction française de cette page de manuel a été créée par Christophe Blaess <https://www.blaess.fr/christophe/>, Stéphan Rafin <stephan.rafin@laposte.net>, Thierry Vignaud <tvignaud@mandriva.com>, François Micaux, Alain Portal <aportal@univ-montp2.fr>, Jean-Philippe Guérard <fevrier@tigreraye.org>, Jean-Luc Coulon (f5ibh) <jean-luc.coulon@wanadoo.fr>, Julien Cristau <jcristau@debian.org>, Thomas Huriaux <thomas.huriaux@gmail.com>, Nicolas François <nicolas.francois@centraliens.net>, Florentin Duneau <fduneau@gmail.com>, Simon Paillard <simon.paillard@resel.enst-bretagne.fr>, Denis Barbier <barbier@debian.org> et David Prévot <david@tilapin.org>

Cette traduction est une documentation libre ; veuillez vous reporter à la GNU General Public License version 3 concernant les conditions de copie et de distribution. Il n'y a aucune RESPONSABILITÉ LÉGALE.

Si vous découvrez un bogue dans la traduction de cette page de manuel, veuillez envoyer un message à <debian-l10n-french@lists.debian.org>.

15 septembre 2017 GNU