Scroll to navigation

READLINK(2) Manuel du programmeur Linux READLINK(2)

NOM

readlink, readlinkat - Lire le contenu d'un lien symbolique

SYNOPSIS

#include <unistd.h>
ssize_t readlink(const char *pathname, char *buf, size_t bufsiz);
#include <fcntl.h>           /* Définition des constantes AT_* */
#include <unistd.h>
ssize_t readlinkat(int dirfd, const char *pathname,
                   char *buf, size_t bufsiz);


Exigences de macros de test de fonctionnalités pour la glibc (consulter feature_test_macros(7)) :

readlink():

_XOPEN_SOURCE >= 500 || _POSIX_C_SOURCE >= 200112L || /* Glibc versions <= 2.19: */ _BSD_SOURCE

readlinkat():

Depuis glibc 2.10 :
_POSIX_C_SOURCE >= 200809L
Avant la glibc 2.10 :
_ATFILE_SOURCE

DESCRIPTION

readlink() places the contents of the symbolic link pathname in the buffer buf, which has size bufsiz. readlink() does not append a null byte to buf. It will (silently) truncate the contents (to a length of bufsiz characters), in case the buffer is too small to hold all of the contents.

readlinkat()

L'appel système readlinkat() fonctionne exactement comme readlink(), les seules différences étant décrites ici.

Si pathname est un chemin relatif, il est interprété par rapport au répertoire référencé par le descripteur de fichier dirfd (plutôt que par rapport au répertoire courant du processus appelant, comme cela est fait par readlink() pour un chemin relatif).

Si pathname est relatif et si dirfd a la valeur spéciale AT_FDCWD, alors pathname est interprété relativement au répertoire de travail du processus appelant, comme pour readlink().

Si pathname est absolu, alors dirfd est ignoré.

Since Linux 2.6.39, pathname can be an empty string, in which case the call operates on the symbolic link referred to by dirfd (which should have been obtained using open(2) with the O_PATH and O_NOFOLLOW flags).

Consultez openat(2) pour une explication de la nécessité de readlinkat().

VALEUR RENVOYÉE

On success, these calls return the number of bytes placed in buf. (If the returned value equals bufsiz, then truncation may have occurred.) On error, -1 is returned and errno is set to indicate the error.

ERREURS

EACCES
Un élément du chemin d'accès ne permet pas la recherche. (Consultez aussi path_resolution(7).)
EFAULT
buf pointe en dehors de l'espace d'adressage accessible.
EINVAL
bufsiz n'est pas positif.
EINVAL
The named file (i.e., the final filename component of pathname) is not a symbolic link.
EIO
Une erreur d'entrée-sortie est survenue lors de la lecture sur le système de fichiers.
ELOOP
Trop de liens symboliques ont été rencontrés en parcourant le chemin.
ENAMETOOLONG
path ou l'un des composants de ce chemin d'accès est trop long.
ENOENT
Le fichier indiqué n'existe pas.
ENOMEM
La mémoire disponible du noyau n'était pas suffisante.
ENOTDIR
Un élément du chemin d'accès n'est pas un répertoire.

Les erreurs supplémentaires suivantes peuvent également se produire pour readlinkat() :

EBADF
dirfd n'est pas un descripteur de fichier valable.
ENOTDIR
pathname est relatif et dirfd est un descripteur de fichier faisant référence à un fichier qui n'est pas un dossier.

VERSIONS

readlinkat() a été ajouté au noyau Linux dans sa version 2.6.16 ; la glibc le gère depuis la version 2.4.

CONFORMITÉ

readlink() : BSD 4.4 (readlink() est apparue pour la première fois dans BSD 4.2), POSIX.1-2001, POSIX.1-2008.

readlinkat(): POSIX.1-2008.

NOTES

Dans les versions de glibc jusqu'à 2.4 incluse, le type de retour de readlink() était déclaré comme int. À présent, le type de retour est déclaré comme ssize_t, ainsi que le prescrit POSIX.1-2001.

L'utilisation d'un tampon de taille statique risque de ne pas fournir assez de place pour le contenu du lien symbolique. La taille nécessaire au tampon peut être lue dans la valeur stat.st_size renvoyée par un appel à lstat(2) sur le lien. Cependant, le nombre d'octets écrits par readlink() et par readlinkat() devrait être vérifié pour s'assurer que la taille du lien symbolique n'a pas augmenté entre les appels. L'allocation dynamique du tampon pour readlink() et pour readlinkat() résout aussi un problème habituel de portabilité si PATH_MAX est utilisé comme taille de tampon, car la définition de cette constante n'est pas garantie par POSIX si le système n'a pas ce genre de limite.

Notes de la glibc

On older kernels where readlinkat() is unavailable, the glibc wrapper function falls back to the use of readlink(). When pathname is a relative pathname, glibc constructs a pathname based on the symbolic link in /proc/self/fd that corresponds to the dirfd argument.

EXEMPLES

The following program allocates the buffer needed by readlink() dynamically from the information provided by lstat(2), falling back to a buffer of size PATH_MAX in cases where lstat(2) reports a size of zero.

#include <sys/types.h>
#include <sys/stat.h>
#include <limits.h>
#include <stdio.h>
#include <stdlib.h>
#include <unistd.h>
int
main(int argc, char *argv[])
{
    struct stat sb;
    char *buf;
    ssize_t nbytes, bufsiz;
    if (argc != 2) {
        fprintf(stderr, "Usage: %s <pathname>\n", argv[0]);
        exit(EXIT_FAILURE);
    }
    if (lstat(argv[1], &sb) == -1) {
        perror("lstat");
        exit(EXIT_FAILURE);
    }
    /* Add one to the link size, so that we can determine whether
       the buffer returned by readlink() was truncated. */
    bufsiz = sb.st_size + 1;
    /* Some magic symlinks under (for example) /proc and /sys
       report 'st_size' as zero. In that case, take PATH_MAX as
       a "good enough" estimate. */
    if (sb.st_size == 0)
        bufsiz = PATH_MAX;
    buf = malloc(bufsiz);
    if (buf == NULL) {
        perror("malloc");
        exit(EXIT_FAILURE);
    }
    nbytes = readlink(argv[1], buf, bufsiz);
    if (nbytes == -1) {
        perror("readlink");
        exit(EXIT_FAILURE);
    }
    printf("'%s' points to '%.*s'\n", argv[1], (int) nbytes, buf);
    /* If the return value was equal to the buffer size, then the
       the link target was larger than expected (perhaps because the
       target was changed between the call to lstat() and the call to
       readlink()). Warn the user that the returned target may have
       been truncated. */
    if (nbytes == bufsiz)
        printf("(Returned buffer may have been truncated)\n");
    free(buf);
    exit(EXIT_SUCCESS);
}

VOIR AUSSI

readlink(1), lstat(2), stat(2), symlink(2), realpath(3), path_resolution(7), symlink(7)

COLOPHON

Cette page fait partie de la publication 5.07 du projet man-pages Linux. Une description du projet et des instructions pour signaler des anomalies et la dernière version de cette page, peuvent être trouvées à l'adresse https://www.kernel.org/doc/man-pages/.

TRADUCTION

La traduction française de cette page de manuel a été créée par Christophe Blaess <https://www.blaess.fr/christophe/>, Stéphan Rafin <stephan.rafin@laposte.net>, Thierry Vignaud <tvignaud@mandriva.com>, François Micaux, Alain Portal <aportal@univ-montp2.fr>, Jean-Philippe Guérard <fevrier@tigreraye.org>, Jean-Luc Coulon (f5ibh) <jean-luc.coulon@wanadoo.fr>, Julien Cristau <jcristau@debian.org>, Thomas Huriaux <thomas.huriaux@gmail.com>, Nicolas François <nicolas.francois@centraliens.net>, Florentin Duneau <fduneau@gmail.com>, Simon Paillard <simon.paillard@resel.enst-bretagne.fr>, Denis Barbier <barbier@debian.org>, David Prévot <david@tilapin.org> et Frédéric Hantrais <fhantrais@gmail.com>

Cette traduction est une documentation libre ; veuillez vous reporter à la GNU General Public License version 3 concernant les conditions de copie et de distribution. Il n'y a aucune RESPONSABILITÉ LÉGALE.

Si vous découvrez un bogue dans la traduction de cette page de manuel, veuillez envoyer un message à <debian-l10n-french@lists.debian.org>.

9 juin 2020 Linux