Scroll to navigation

FSYNC(2) Manuel du programmeur Linux FSYNC(2)

NOM

fsync, fdatasync - Synchroniser un fichier en mémoire avec le disque

SYNOPSIS

#include <unistd.h>

int fsync(int fd);

int fdatasync(int fd);

Exigences de macros de test de fonctionnalités pour la glibc (consulter feature_test_macros(7)) :

fsync(): Glibc 2.16 et supérieure : Aucune macro de fonction de test à définir Glibc inférieure ou égale à 2.15 : _BSD_SOURCE || _XOPEN_SOURCE || /* depuis glibc 2.8 : */ _POSIX_C_SOURCE >= 200112L
fdatasync(): _POSIX_C_SOURCE >= 199309L || _XOPEN_SOURCE >= 500

DESCRIPTION

fsync() transfère (« flush ») toutes les données modifiées (c'est-à-dire les pages modifiées du cache mémoire) du fichier correspondant au descripteur fd sur le disque (ou autre périphérique de stockage permanent) afin que toutes les informations modifiées puissent être récupérées même après un plantage ou un redémarrage du système. Cela nécessite d'écrire ou de purger le cache du disque, s'il en existe un. L'appel bloque jusqu'à ce que le périphérique indique que le transfert est terminé.

Outre les données du fichier, fsync() transfère aussi les méta-données associées au fichier (voir inode(7)).

Un appel à fsync() n'assure pas obligatoirement que les informations concernant le répertoire aient atteint le disque. Pour cela, un appel explicite de fsync() sur le descripteur de fichier du répertoire est nécessaire.

fdatasync() est similaire à fsync(), mais ne transfère pas les méta‐données, sauf si ces informations sont nécessaires à une récupération ultérieure de données. Par exemple, les modifications de st_atime ou st_mtime (respectivement, heure du dernier accès et de la dernière modification ; consultez inode(7)) ne sont pas transférées, car elles ne sont pas nécessaires à une lecture de données ultérieure. En revanche, une modification de la taille du fichier (st_size), par exemple effectuée par ftruncate(2), nécessite un transfert des méta‐données.

Le but de fdatasync() est de réduire l'activité du disque pour les applications qui n'ont pas besoin d'une parfaite synchronisation des méta‐données avec le disque.

VALEUR RENVOYÉE

Ces appels système renvoient 0 en cas de succès, ou -1 en cas d'échec, auquel cas errno contient le code d'erreur.

ERREURS

EBADF
Le descripteur de fichier fd n’est pas acceptable.
EIO
Une erreur s'est produite pendant la synchronisation. Cette erreur peut provenir de l'écriture de données sur un autre descripteur de fichier dans le même fichier. Depuis Linux 4.13, les erreurs survenues pendant l'écriture sont signalées à tous les descripteurs de fichier qui pourraient avoir écrit des données à l'origine de l'erreur. Certains systèmes de fichiers (comme NFS) gardent le suivi du descripteur de fichier d'où proviennent les données et donnent un retour plus précis. D'autres systèmes de fichiers (comme la plupart des locaux) signaleront l'erreur à tous les descripteurs de fichier ouverts sur le fichier quand l'erreur a été enregistrée.
ENOSPC
L'espace disque a été épuisé pendant la synchronisation.
EROFS, EINVAL
fd est associé à un type de fichier spécial (comme un tube, un FIFO ou un socket) qui ne prend pas en charge la synchronisation.
ENOSPC, EDQUOT
fd est associé à un fichier sur un système de fichiers NFS ou autre qui n'alloue pas d'espace au moment de l'appel système write(2) et des écritures passées ont échoué à cause d'un espace de stockage insuffisant.

CONFORMITÉ

POSIX.1-2001, POSIX.1-2008, 4.3BSD.

Sur les systèmes POSIX sur lesquels fdatasync() est disponible, la constante symbolique _POSIX_SYNCHRONIZED_IO est définie dans <unistd.h> comme étant une valeur supérieure à 0. (Consultez aussi sysconf(3).)

NOTES

Sur certains systèmes UNIX (mais pas Linux), fd doit être un descripteur de fichier accessible en écriture.

Sous Linux 2.2 et précédents, fdatasync() est équivalent à fsync(), et n'apporte donc aucun avantage en performance.

Les implémentations de la fonction fsync() dans les vieux noyaux et les systèmes de fichiers les moins utilisés ne savent pas comment vider les caches du disque. Dans ces situations, les caches du disque ont besoin d'être désactivés avec hdparm(8) ou sdparm(8) afin de garantir la sûreté des opérations.

VOIR AUSSI

sync(1), bdflush(2), open(2), posix_fadvise(2), pwritev(2), sync(2), sync_file_range(2), fflush(3), fileno(3), hdparm(8), mount(8)

COLOPHON

Cette page fait partie de la publication 5.10 du projet man-pages Linux. Une description du projet et des instructions pour signaler des anomalies et la dernière version de cette page peuvent être trouvées à l'adresse https://www.kernel.org/doc/man-pages/.

TRADUCTION

La traduction française de cette page de manuel a été créée par Christophe Blaess <https://www.blaess.fr/christophe/>, Stéphan Rafin <stephan.rafin@laposte.net>, Thierry Vignaud <tvignaud@mandriva.com>, François Micaux, Alain Portal <aportal@univ-montp2.fr>, Jean-Philippe Guérard <fevrier@tigreraye.org>, Jean-Luc Coulon (f5ibh) <jean-luc.coulon@wanadoo.fr>, Julien Cristau <jcristau@debian.org>, Thomas Huriaux <thomas.huriaux@gmail.com>, Nicolas François <nicolas.francois@centraliens.net>, Florentin Duneau <fduneau@gmail.com>, Simon Paillard <simon.paillard@resel.enst-bretagne.fr>, Denis Barbier <barbier@debian.org>, David Prévot <david@tilapin.org> et Jean-Philippe MENGUAL <jpmengual@debian.org>

Cette traduction est une documentation libre ; veuillez vous reporter à la GNU General Public License version 3 concernant les conditions de copie et de distribution. Il n'y a aucune RESPONSABILITÉ LÉGALE.

Si vous découvrez un bogue dans la traduction de cette page de manuel, veuillez envoyer un message à <debian-l10n-french@lists.debian.org>.

9 juin 2020 Linux