Scroll to navigation

SCHROOT(1) 2014 SCHROOT(1)

NOM

schroot — entrer de manière sécurisée dans un environnement de chroot

RÉSUMÉ

schroot [-h|--help | -V|--version | -l|--list | -i|--info | --config | --location | --automatic-session | -b|--begin-session | --recover-session | -r|--run-session | -e|--end-session] [-f|--force] [-n nom-de-session|--session-name=nom-de-session] [-d répertoire|--directory=répertoire] [-u utilisateur|--user=utilisateur] [-u utilisateur|--user=utilisateur] [-p|--preserve-environment][-s shell|--shell=shell] [-q |--quiet | -v|--verbose] [-c chroot|--chroot=chroot | --all | --all-chroots | --all-source-chroots | --all-sessions] | --exclude-aliases [-o|--option=clé=valeur] [--] [COMMANDE [ ARG1 [ ARG2 [ ARGn]]]]

DESCRIPTION

schroot autorise l'utilisateur à exécuter une commande ou un interpréteur de commande de connexion dans un environnement de chroot. Si aucune commande n'est précisée, un interpréteur de commande de connexion sera démarré dans le répertoire de travail courant de l'utilisateur à l'intérieur du chroot.

La commande est un programme plus autant d'arguments optionnels que requis. Chaque argument doit être déclaré séparément.

Le répertoire dans lequel la commande ou l'interpréteur de commande de connexion sont exécutés dépend du contexte. Voir l'option --directory ci-dessous pour une description complète.

Toute utilisation de chroot sera enregistrée dans les journaux du système. Dans certaines circonstances, l'utilisateur pourrait devoir s'identifier ; consultez la section “Authentification” ci-dessous.

Si aucun chroot n'est spécifié, le nom de chroot ou alias ‘default’ sera utilisé à la place. Cela est équivalent à “--chroot=default”.

APERÇU

Il est souvent nécessaire d'exécuter des programmes dans des environnements virtualisés plutôt que directement sur le système hôte. À la différence des autres systèmes de virtualisation comme kvm ou Xen, schroot ne virtualise pas le système en entier ; il virtualise seulement le système de fichiers, et certaines parties du système de fichiers peuvent toujours être partagées avec l'hôte. Il est par conséquent rapide, léger et flexible. Cependant, il ne virtualise pas les autres aspects du système, comme la mémoire partagée, le réseau, les périphériques, etc., et par conséquent peut être moins sécurisé que d'autres systèmes, en fonction de l'utilisation voulue. Des exemples d'utilisations connues de schroot sont :
Exécuter des programmes non fiables dans un bac à sable ; de cette façon, ils ne peuvent pas interférer avec les fichiers du système hôte ; cela peut également être utilisé pour diminuer les dommages que causerait la compromission d'un service sur l'hôte.
Utiliser un environnement défini ou propre pour garantir la reproductibilité et l'intégrité d'une tâche donnée.
Utiliser une version différente d'un système d'exploitation, ou même un système d'exploitation complètement différent, par exemple une distribution GNU/Linux différente.
Exécuter des programmes 32 bits sur un système hôte 64 bits, en utilisant un chroot 32 bits.
Construire automatiquement des paquets Debian en utilisant sbuild(1) qui construit chaque paquet dans un instantané chroot dédié quand les instantanés LVM ou les unions sont utilisés.
Prendre en charge des images multiples de systèmes dans une installation de grappe où modifier l'image de base est consommatrice de temps et/ou prendre en charge toutes les configurations requises par les utilisateurs est difficile : différents chroots peuvent prendre en charge toutes les configurations différentes requises, et l'accès peut être donné aux utilisateurs de la grappe pour les chroots dont ils ont besoin (ce qui peut inclure des accès root pour les utilisateurs de confiance afin qu'ils puissent entretenir leurs propres images)

Un chroot peut être utilisé directement en exécutant chroot(8), mais les utilisateurs standard ne sont pas autorisés à exécuter cette commande. schroot autorise l'accès à des chroots pour des utilisateurs normaux en utilisant le même mécanisme, mais avec plusieurs caractéristiques supplémentaires. Alors que schroot utilise un répertoire comme chroot exactement comme chroot(8), il n'a pas besoin que celui-ci soit un répertoire ordinnaire du système de fichier. Bien que cela soit la valeur par défaut, le chroot peut également être créé à partir d'un fichier, d'un système de fichiers, incluant les instantanés LVM et Btrfs et les montages « loopback », ou composé d'une surcouche unionfs. schroot étant extensible par l'utilisateur, les possibilités de création de chroot provenant de sources différentes ne sont limités que par votre imagination. schroot effectue des vérifications de permission et autorise des mises en place automatiques supplémentaires de l'environnement de chroot, comme le montage de systèmes de fichiers supplémentaires et d'autres tâches de configuration. Cette mise en place automatique est faite par l'action de scripts de mise en place qui peuvent être configurés et étendus pour effectuer toute action nécessaire. Les actions typiques incluent le montage du répertoire personnel de l'utilisateur, la configuration du réseau et des bases de données du système et même le démarrage de services. Ils sont également entièrement personnalisables par l'administrateur. Les scripts de mise en place sont exécutés pour tous les types de chroot, à l'exception de ceux de type ‘plain’, le type de chroot le plus simple qui ne permet aucune mise en place automatique. La configuration de schroot est décrite plus en détail dans schroot.conf(5).

OPTIONS

schroot accepte les options suivantes :

Actions

-h, --help
Afficher un résumé de l'aide.
-V, --version
Afficher les informations de version.
-l, --list
Lister tous les chroots disponibles.
-i, --info
Afficher des informations détaillées à propos des chroots spécifiés.
--config
Afficher la configuration des chroots spécifiés. C'est utile pour tester que la configuration utilisée est la même que celle du fichier de configuration. Tout commentaire du fichier original est omis.
--location
Afficher la localisation (chemin) des chroots spécifiés. Noter que les types de chroot qui ne peuvent être utilisés qu'à l'intérieur d'une session n'auront aucune localisation avant d'être activés.

Options générales

-q, --quiet
Afficher uniquement les messages essentiels.
-v, --verbose
Afficher tous les messages.

Sélection de chroots.

-c, --chroot=chroot
Spécifier un chroot ou une session active à utiliser. Cette option peut être utilisée plusieurs fois pour spécifier plus d'un chroot. Dans ce cas, elle a un effet similaire à --all. Le nom du chroot peut être préfixé par un espace de noms. Veuillez vous reporter à la section “Espaces de noms Chroot” ci-après.
-a, --all
Sélectionner tous les chroots, chroots source et sessions actives. Quand une commande a été spécifiée, cette commande sera exécutée dans tous les chroots, chroots source et sessions actives. Si --info a été utilisé, afficher les informations à propos de tous les chroots. Cette option n'a aucun sens si elle est utilisée avec un interpréteur de commande de connexion (« login shell »), aucune commande n'étant spécifiée. Cette option est équivalente à “--all-chroots --all-source-chroots --all-sessions”.
--all-chroots
Sélectionner tous les chroots. Identique à --all, sauf que les chroots source et les sessions actives ne sont pas pris en compte.
--all-sessions
Sélectionner toutes les sessions actives. Identique à --all, sauf que les chroots et les chroots source ne sont pas pris en compte.
--all-source-chroots
Sélectionner tous les chroots source. Identique à --all, sauf que les chroots et les sessions ne sont pas pris en compte.
--exclude-aliases
Ne pas sélectionner les alias en plus des chroots. Cela permet de s'assurer que seuls les chroots réels sont sélectionnés et qu'ils ne sont listés qu'une seule fois.

Environnement de chroot

-d, --directory=répertoire
Se déplacer dans le répertoire dans le chroot avant d'exécuter la commande ou l'interpréteur de commande de connexion. Si le répertoire n'est pas disponible, schroot se terminera par un état d'erreur.
Le comportement par défaut est comme suit (tous les chemins de répertoire sont à l'intérieur du chroot). Un interpréteur de commande de connexion est exécuté dans le répertoire de travail courant. S'il n'est pas disponible, $HOME sera essayé (quand --preserve-environment est utilisé), ensuite le répertoire personnel de l'utilisateur, et finalement / à l'intérieur du chroot. Une commande est toujours exécutée dans le répertoire de travail courant à l'intérieur du chroot. Si aucun des répertoires n'est disponible, schroot se terminera avec un état d'erreur.
-u, --user=utilisateur
Exécuter en tant qu'utilisateur différent. Par défaut, la commande est exécutée avec l'utilisateur courant. Si nécessaire, l'utilisateur peut avoir besoin de s'identifier avec un mot de passe. Pour plus d'informations, consultez la section “Authentification”, ci-dessous.
-p, --preserve-environment
Préserver l'environnement de l'utilisateur à l'intérieur de l'environnement de chroot. Par défaut, un environnement propre est utilisé ; cette option copie l'ensemble de l'environnement de l'utilisateur et le met en place dans la session. Les variables d'environnement autorisées sont soumises à certaines restrictions ; voir la section “Environnement”, ci-dessous.
-s, -shell=shell
Utiliser shell en tant qu'interpréteur de commande de connexion. Lors de l'exécution d'un interpréteur de commande de connexion plusieurs interpréteurs de commandes potentiels seront considérés dans cet ordre : la commande dans la variable d'environnement SHELL (si l'option --preserve-environment est utilisée ou si preserve-environment est activé), l'interpréteur de commandes de l'utilisateur dans la base de données ‘passwd’, /bin/bash et finalement /bin/sh. Cette option écrase cette liste et utilisera l'interpréteur de commandes spécifié. Cette option écrase également la clé de configuration shell si définie.
-o, --option=clé=valeur
Définir une option. Les valeurs des clés de configuration sélectionnées dans schroot.conf peuvent être modifiées en utilisant cette option. Les clés doivent être présentes dans la clé de configuration user-modifiable-keys dans schroot.conf, à moins que la clé user-modifiable-keys ne soit exécutée par le superutilisateur (ou déplacée vers lui). Les clés et les valeurs définies ici seront définies dans l'environnement des scripts de mise en place et peuvent par conséquent être utilisées pour personnaliser le chroot pour chaque session.

Actions de session

--automatic-session
Démarrer, exécuter et terminer une session automatiquement. C'est l'action par défaut, et donc n'a pas besoin d'être spécifiée en opération normale.
-b, --begin-session
Débuter une session. Un identifiant unique de session est renvoyé sur la sortie standard. L'identifiant de session est nécessaire pour utiliser les autres options de session. Notez que l'identifiant de session peut être spécifié avec l'option --session-name.
--recover-session
Restaurer une session existante. Si une session existante est devenue inaccessible, par exemple démontée à cause d'un redémarrage, cette option permettra que la session soit disponible pour être utilisée de nouveau, par exemple en la remontant. L'identifiant de session est spécifié avec l'option --chroot.
-r, --run-session
Lancer une session existante. L'identifiant de session est spécifié avec l'option --chroot.
-e, --end-session
Terminer une session existante. L'identifiant de session est spécifié avec l'option --chroot.

Options de session

-n, --session-name=nom-de-session
Nommer une session. Le nom-de-session spécifié remplace le nom de session par défaut contenant un identifiant de session généré automatiquement. Le nom de session ne doit pas contenir de qualificatif d'espace de noms, parce que les sessions sont toujours créées dans l'espace de noms ‘session:’. Le nom de session est aussi sujet aux restrictions de dénomination de chroot documentées dans schroot.conf(5).
-f, --force
Forcer une opération de session, même si elle aurait autrement échoué. Cela peut être utilisé pour forcer la fin d'une session, même s'il y a des utilisateurs actifs. Cela ne garantit pas que la session se terminera proprement ; par exemple, les systèmes de fichiers peuvent ne pas être démontés.

Séparateur

--
Fin des options. Utilisé pour indiquer la fin des options de schroot ; toutes les options suivantes seront passées à la commande exécutée, au lieu de schroot.

AUTHENTIFICATION

Si l'utilisateur n'est pas un utilisateur autorisé, ou membre d'un groupe autorisé (ou en cas de changement vers root, un utilisateur root autorisé ou un groupe root autorisé) pour le chroot spécifié, les permissions seront immédiatement refusées. En cas de changement d'utilisateur et si l'utilisateur exécutant la commande y est autorisé, l'utilisateur devra s'authentifier lui-même en utilisant les identifiants de l'utilisateur vers lequel le changement sera fait.

Pour les systèmes prenant en charge le système d'authentification « Pluggable Authentication Modules » (PAM), schroot utilisera PAM pour l'authentification et l'autorisation des utilisateurs. Si besoin, schroot demandera un mot de passe. Si PAM n'est pas disponible, toutes les authentifications échoueront automatiquement (le changement d'utilisateur sans PAM n'est pas pris en charge).

Notez que quand PAM est utilisé, l'utilisateur root n'obtiendra aucun privilège particulier par défaut dans le programme. Cependant, la configuration par défaut de PAM permet à root de se connecter sans mot de passe (pam_rootok.so), mais cela peut être désactivé pour empêcher root d'accéder à des chroots quelconques sauf ceux spécifiquement permis. Dans une telle situation, root doit être ajouté aux utilisateurs ou groupes autorisés comme n'importe quel utilisateur ou groupe. Si PAM n'est pas disponible, l'utilisateur root pourra accéder à tous les chroots, même non explicitement autorisé.

ESPACES DE NOMS CHROOT

Bases des espaces de noms

Il y a trois types de chroot différents : les chroots ordinnaires, les chroots source et les chroots session. Ces différents types de chroot sont séparés dans différents espaces de noms. Un espace de noms est un préfixe à un nom de chroot. Pour le moment, il y a trois espaces de noms : ‘chroot:’, ‘source:’ et ‘session:’. Utilisez --list --all pour lister tous les chroots disponibles dans tous les espaces de noms. Parce que ‘:’ est utilisé comme séparateur entre l'espace de noms et les noms de chroots, il n'est pas permis d'utiliser ce caractère dans les noms de chroot.

En fonction de l'action que vous demandez à schroot d'exécuter, celui-ci peut rechercher le chroot dans l'un de ces trois espaces de noms, ou un espace de noms particulier peut être spécifié. Par exemple, un chroot nommé “sid” est en fait nommé “chroot:sid” si l'espace de noms est inclus, mais l'espace de noms peut être omis pour la plupart des actions.

Chroots source

Certains types de chroot, par exemple les instantanés LVM ou Btrfs, fournissent des instantanés du chroot de type « copie en cas d'écriture » contrôlés par la session. Ils fournissent également un chroot source pour permettre un accès facile au système de fichiers utilisé comme source de création d'instantané. Ce sont des chroots ordinaires également, mais désactivant la création d'instantané. Pour un chroot nommé “sid-snapshot” (c'est-à-dire avec “chroot:sid-snapshot” comme nom complet qualifié), il y aura également un chroot source nommé “source:sid-snapshot”. Les versions précédentes de schroot fournissent des chroots source avec un suffixe ‘-source’. Ces suffixes sont également fournis à des fins de compatibilité. Dans notre exemple il serait appelé “chroot:sid-snapshot-source”. Cette dénomination de compatibilité sera abandonnée dans une version future, les programmes et les scripts devraient donc être modifiés pour utiliser des noms utilisant les espaces de noms au lieu des vieux suffixes.

Chroots session

Toute session créée avec l'option --begin-session est placée dans l'espace de noms ‘session:’. Une session nommée avec --session-name peut avoir différents noms, même un nom identique au chroot à partir duquel elle a été créée, à condition qu'il soit unique dans l'espace de noms. Cela n'était pas permis dans les versions précédentes de schroot qui n'avaient pas d'espaces de noms.

Actions et espaces de noms par défaut

Toutes les actions utilisent ‘chroot:’ comme espace de noms par défaut, avec quelques exceptions pour des actions de sessions. --run-session, --recover-session et --end-session utilisent ‘session:’ comme espace de noms par défaut, car ces actions agissent sur les chroots session. Le résultat est que l'espace de noms n'est normalement jamais requis, sauf quand vous avez besoin de travailler avec un chroot dans un espace de noms différent de celui par défaut, comme lorsque vous utilisez un chroot source. Pour effectuer une sélection de chroot sans ambigüité, il est toujours possible d'utiliser le nom complet incluant l'espace de noms, même quand cela n'est pas strictement nécessaire.

PERFORMANCES

Les performances sur certains systèmes de fichiers, par exemple Btrfs, sont mauvaises lors de l'utilisation de dpkg à cause de la quantité d'opérations fsync à effectuer. Cela peut être limité par l'installation du paquet eatmydata et ensuite par l'ajout de eatmydata à la clé de configuration command-prefix, ce qui désactivera toutes les opérations fsync. Notez que cela ne doit être effectué que dans les chroots d'instantanés où la perte de données n'est pas un problème. C'est utile lors de l'utilisation d'un chroot pour une construction de paquets, par exemple.

RÉPERTOIRES DE SUBSTITUTION

Schroot sélectionnera un répertoire approprié à utiliser à l'intérieur du chroot si un interpréteur de commande de connexion est utilisé ou une commande exécutée et également si l'option --directory est utilisée. Dans le cas de l'exécution directe ou en spécifiant explicitement un répertoire, seulement un répertoire sera utilisé par mesure de sécurité et de cohérence, alors que pour un interpréteur de commande de connexion plusieurs possibilités peuvent être testées. La sous-section suivante liste la séquence de substitution pour chaque cas. CWD est le répertoire de travail courant, DIR est le répertoire spécifié par --directory.

Interpréteur de commande de connexion

Transition
(Hôte → Chroot) Commentaire
CWD → CWD Comportement normal (si --directory n'est pas utilisé)
CWD → $HOME Si CWD n'existe pas et --preserve-environment est utilisé
CWD → passwd pw_dir Si CWD n'existe pas (ou --preserve-environment est utilisé et aucun $HOME n'existe)
CWD → / Aucun des répertoires ci-dessus n'existe
FAIL Si / n'existe pas

Commande

Transition
(Hôte → Chroot) Commentaire
CWD → CWD Comportement normal (si --directory n'est pas utilisé)
FAIL Si CWD n'existe pas

Aucune solution de repli ne devrait exister en toute circonstance.

utilisation de --directory

Transition
(Hôte → Chroot) Commentaire
CWD → DIR Comportement normal
FAIL Si CWD n'existe pas

Aucune solution de repli ne devrait exister en toute circonstance.

Débogage

Notez que --debug=notice affichera la liste interne des répertoires de repli calculée pour la session.

EXEMPLES

Lister les chroots disponibles

% schroot -l↵
chroot:default
chroot:etch
chroot:sid
chroot:testing
chroot:unstable

Récupérer les informations d'un chroot

% schroot -i -c sid↵
  ——— Chroot ———
  Name                   sid
  Description            Debian sid (unstable)
  Type                   plain
  Priority               3
  Users                  rleigh
  Groups                 sbuild
  Root Users
  Root Groups            sbuild
  Aliases                unstable unstable-sbuild unstable-p
owerpc-sbuild
  Environment Filter     ^(BASH_ENV|CDPATH|ENV|HOSTALIASES|I\
FS|KRB5_CONFIG|KRBCONFDIR|KRBTKFILE|KRB_CONF|LD_.*|LOCALDOMA\
IN|NLSPATH|PATH_LOCALE|RES_OPTIONS|TERMINFO|TERMINFO_DIRS|TE\
RMPATH)$
  Run Setup Scripts      true
  Script Configuration   script-defaults
  Session Managed        true
  Personality            linux32
  Location               /srv/chroot/sid

Utilisez --all ou -c plusieurs fois pour utiliser plusieurs ou tous les chroots respectivement.

Exécuter des commandes dans un chroot

% schroot -c sid /bin/ls↵
[sid chroot] Running command: “/bin/ls”
CVS          sbuild-chroot.c   sbuild-session.h  schroot.conf.5
Makefile     sbuild-chroot.h   schroot.1         schroot.conf.5.in
Makefile.am  sbuild-config.c   schroot.1.in
Makefile.in  sbuild-config.h   schroot.c
pam          sbuild-session.c  schroot.conf
% schroot -c sid -- ls -1 | head -n 5↵
[sid chroot] Running command: “ls -1”
ABOUT-NLS
AUTHORS
COPYING
ChangeLog
INSTALL

Utilisez -- pour autoriser les options débutant avec ‘-’ ou ‘--’ pour la commande à exécuter dans le chroot. Cela empêche qu'elles soient interprétées en tant qu'options de schroot. Notez que la première ligne a été affichée sur l'erreur standard et le reste sur la sortie standard. C'est intentionnel, pour que la sortie du programme exécuté dans le chroot puisse être redirigée à l'aide d'un pipe si besoin ; les données seront les mêmes que si la commande était exécutée directement sur le système hôte.

Changer d'utilisateur

% schroot -c sid -u root↵
Password:
[sid chroot] (rleigh→root) Running login shell: “/bin/bash”
#

Si l'utilisateur ‘rleigh’ était dans root-users de /etc/schroot/schroot.conf, ou un des groupes auxquels il appartient était dans root-groups, un accès root lui sera fourni sans authentification, mais l'étape d'autorisation PAM est toujours appliquée.

Sessions

Un chroot peut être nécessaire pour exécuter plus d'une commande. En particulier, quand le chroot est créé à la volée à partir d'un volume logique LVM ou d'un fichier sur le disque, il est nécessaire de rendre le chroot persistant pendant qu'une tâche donnée (ou un jeu de tâches) est exécutée. Les sessions existent pour cette raison. Pour les chroots de type simple comme ‘plain’ et ‘directory’, des sessions peuvent être créées mais ne sont pas strictement nécessaires.

Commençons par examiner un chroot capable d'utiliser des sessions :

% schroot -i -c sid-snap↵
  ——— Chroot ———
  Name                   sid-snap
  Description            Debian sid snapshot
  Type                   lvm-snapshot
  Priority               3
  Users                  maks rleigh
  Groups                 sbuild
  Root Users
  Root Groups            root sbuild
  Aliases
  Environment Filter     ^(BASH_ENV|CDPATH|ENV|HOSTALIASES|I\
FS|KRB5_CONFIG|KRBCONFDIR|KRBTKFILE|KRB_CONF|LD_.*|LOCALDOMA\
IN|NLSPATH|PATH_LOCALE|RES_OPTIONS|TERMINFO|TERMINFO_DIRS|TE\
RMPATH)$
  Run Setup Scripts      true
  Script Configuration   script-defaults
  Session Managed        true
  Personality            linux
  Device                 /dev/hda_vg/sid_chroot
  Mount Options          -o atime,async,user_xattr
  Source Users
  Source Groups          root rleigh
  Source Root Users
  Source Root Groups     root rleigh
  LVM Snapshot Options   --size 2G -c 128

Notez que l'option Session Managed est définie à ‘true’. Cela est requis pour utiliser le gestionnaire de session et est pris en charge par la plupart des types de chroot. Ensuite nous allons créer une nouvelle session :

% schroot -b -c sid-snap↵
sid-snap-46195b04-0893-49bf-beb8-0d4ccc899f0f

L'identifiant de session de la session nouvellement créée est renvoyé sur la sortie standard. Il est habituel de le conserver comme ceci :

% SESSION=$(schroot -b -c sid-snap)↵
% echo $SESSION↵
sid-snap-46195b04-0893-49bf-beb8-0d4ccc899f0f

La session peut être utilisée comme n'importe quel chroot. Voici à quoi ressemble la session :

% schroot -i -c sid-snap-46195b04-0893-49bf-beb8-0d4ccc899f0f↵
  ——— Session ———
  Name                   sid-snap-46195b04-0893-49bf-beb8-0d\
4ccc899f0f
  Description            Debian sid snapshot
  Type                   lvm-snapshot
  Priority               3
  Users                  maks rleigh
  Groups                 sbuild
  Root Users
  Root Groups            root sbuild
  Aliases
  Environment Filter     ^(BASH_ENV|CDPATH|ENV|HOSTALIASES|I\
FS|KRB5_CONFIG|KRBCONFDIR|KRBTKFILE|KRB_CONF|LD_.*|LOCALDOMA\
IN|NLSPATH|PATH_LOCALE|RES_OPTIONS|TERMINFO|TERMINFO_DIRS|TE\
RMPATH)$
  Run Setup Scripts      true
  Script Configuration   script-defaults
  Session Managed        true
  Personality            linux
  Mount Location         /var/lib/schroot/mount/sid-snap-461\
95b04-0893-49bf-beb8-0d4ccc899f0f
  Path                   /var/lib/schroot/mount/sid-snap-461\
95b04-0893-49bf-beb8-0d4ccc899f0f
  Mount Device           /dev/hda_vg/sid-snap-46195b04-0893-\
49bf-beb8-0d4ccc899f0f
  Device                 /dev/hda_vg/sid_chroot
  Mount Options          -o atime,async,user_xattr
  Source Users
  Source Groups          root rleigh
  Source Root Users
  Source Root Groups     root rleigh
  LVM Snapshot Device    /dev/hda_vg/sid-snap-46195b04-0893-\
49bf-beb8-0d4ccc899f0f
  LVM Snapshot Options   --size 2G -c 128

Maintenant que la session a été créée, il est possible d'exécuter des commandes comme ceci :

% schroot -r -c sid-snap-46195b04-0893-49bf-beb8-0d4ccc899f0f -- \
  uname -sr↵
I: [sid-snap-46195b04-0893-49bf-beb8-0d4ccc899f0f chroot] Running \
command: “uname -sr”
Linux 2.6.18-3-powerpc
% schroot -r -c $SESSION -- uname -sr↵
I: [sid-snap-fe170af9-d9be-4800-b1bd-de275858b938 chroot] Running \
command: “uname -sr”
Linux 2.6.18-3-powerpc

Quand toutes les commandes à exécuter dans la session ont été effectuées, la session peut être terminée :

% schroot -e -c sid-snap-46195b04-0893-49bf-beb8-0d4ccc899f0f
% schroot -e -c $SESSION

Finalement, les noms de session peuvent être longs et peu maniables. Un nom peut être spécifié à la place de l'identifiant de session généré automatiquement :

% schroot -b -c sid-snap -n mon-nom-session
mon-nom-session

DÉPANNAGES

Si quelque chose ne fonctionne pas, et qu'il n'est pas facile de déterminer ce qui ne va pas à partir des messages d'erreur, vous pouvez utiliser l'option --debug=niveau pour activer les messages de débogage. Cela donnera un plus grand nombre d'informations. Les niveaux de débogage valables sont ‘none’, ‘notice’, ‘info’, ‘warning’ et ‘critical’ par ordre croissant de sévérité. Plus le niveau de sévérité est faible, plus il y a de sortie.

Si vous avez toujours des problèmes, les développeurs peuvent être contactés sur la liste de diffusion (en anglais) :
Debian buildd-tools Developers
<buildd-tools-devel@lists.alioth.debian.org>

BOGUES

Sur les architectures mips et mipsel, les noyaux Linux, jusqu'à la version 2.6.17 incluse, ont une prise en charge cassée des personality(2), qui a pour conséquence un échec de la mise en place des personnalités. Cela se manifeste par une erreur “Operation not permitted” (EPERM). Pour contourner ce problème, définissez personality à ‘undefined’ ou mettez à niveau votre noyau vers une version plus récente.

ENVIRONNEMENT

Par défaut, l'environnement n'est pas préservé et les variables d'environnement suivantes sont définies : HOME, LOGNAME, PATH, SHELL, TERM (préservée si déjà spécifiée) et USER. Les variables d'environnement SCHROOT_COMMAND, SCHROOT_USER, SCHROOT_GROUP, SCHROOT_UID et SCHROOT_GID sont définies à l'intérieur du chroot spécifiant respectivement la commande exécutée, le nom d'utilisateur, le nom de groupe, l'identifiant de l'utilisateur et l'identifiant du groupe. En plus, les variables d'environnement SCHROOT_SESSION_ID, SCHROOT_CHROOT_NAME et SCHROOT_ALIAS_NAME définissent respectivement l'identifiant de session, le nom de chroot d'origine avant la création de la session et l'alias utilisé pour identifier le chroot d'origine sélectionné.

Les variables d'environnement, potentiellement dangereuses, suivantes sont retirées par défaut pour des raisons de sécurité : BASH_ENV, CDPATH, ENV, HOSTALIASES, IFS, KRB5_CONFIG, KRBCONFDIR, KRBTKFILE, KRB_CONF, LD_.*, LOCALDOMAIN, NLSPATH, PATH_LOCALE, RES_OPTIONS, TERMINFO, TERMINFO_DIRS, et TERMPATH. Si nécessaire, la clé de configuration environment-filter permettra de modifier la liste d'exclusion. Consultez schroot.conf(5) pour plus de détails.

FICHIERS

Fichiers de configuration

/etc/schroot/schroot.conf
Le fichier de configuration des chroots pour l'ensemble du système. Ce fichier doit être possédé par l'utilisateur root et être non inscriptible par les autres.
/etc/schroot/chroot.d
Des définitions de chroot supplémentaires peuvent être placées dans des fichiers de ce répertoire. Elles sont traitées de la même façon que /etc/schroot/schroot.conf. Chaque fichier peut contenir une ou plusieurs définitions de chroot. Notez que les fichiers de ce répertoire suivent les mêmes règles de dénomination que run-parts(8) lorsqu'ils sont exécutés avec l'option --lsbsysinit.
/etc/schroot/setup.d
Le répertoire de scripts de mise en place de chroot pour l'ensemble du système. Consultez schroot-setup(5).
/etc/pam.d/schroot
Configuration de PAM.

Répertoires systèmes

/usr/lib/x86_64-linux-gnu/schroot
Répertoire contenant les programmes d'assistance utilisés par les scripts de mise en place.

Répertoires de sessions

Chaque répertoire contient un répertoire ou un fichier avec le nom de chaque session. Tous les types de chroot n'utilisent pas tous les répertoires ci-dessous.
/var/lib/schroot/session
Répertoire contenant la configuration de session pour chaque session active.
/var/run/schroot/mount
Répertoire utilisé pour monter le système de fichiers utilisé pour chaque session active.
/var/lib/schroot/union/underlay
Répertoire utilisé comme source d'union de systèmes de fichiers (sous-couche).
/var/lib/schroot/union/overlay
Répertoire utilisé comme sur-couche inscriptible pour l'union de systèmes de fichiers.
/var/lib/schroot/unpack
Répertoire utilisé pour le dépaquetage de chroots de fichiers.

AUTEURS

Roger Leigh.

COPYRIGHT

Copyright © 2005-2012 Roger Leigh <rleigh@debian.org>

schroot est un logiciel libre : vous pouvez le redistribuer et/ou le modifier aux conditions définies dans la licence publique générale GNU telle que publiée par la Free Software Foundation, version 2 ou, selon votre préférence, toute version ultérieure.

VOIR AUSSI

dchroot(1), sbuild(1), chroot(2), schroot.conf(5), schroot-setup(5), schroot-faq(7), run-parts(8).
05 May