Scroll to navigation

STRTOUL(3) Manuel du programmeur Linux STRTOUL(3)

NOM

strtoul, strtoull, strtouq - Convertir une chaîne en entier long non signé

SYNOPSIS

#include <stdlib.h>
unsigned long strtoul(const char *nptr, char **endptr, int base);
unsigned long long strtoull(const char *nptr, char **endptr,
                                int base);

Exigences de macros de test de fonctionnalités pour la glibc (consulter feature_test_macros(7)) :

strtoull() :

_ISOC99_SOURCE || || /* Versions de la glibc <= 2.19 : */ _SVID_SOURCE || _BSD_SOURCE

DESCRIPTION

La fonction strtoul() convertit le début de la chaîne nptr en une valeur de type unsigned long en fonction de l'argument base, qui doit être dans l'intervalle 2 à 36 (bornes comprises), ou avoir la valeur spéciale 0.

La chaîne peut commencer par un nombre quelconque d'espaces (tels que définis par isspace(3)) suivis d'un éventuel signe « + » ou « - ». Si base vaut 0 ou 16, la chaîne peut inclure un préfixe « 0x » et le nombre sera interprété en base 16. Sinon, une base valant zéro est interprétée comme 10 (base décimale) sauf si le caractère suivant est « 0 », auquel cas la base est 8 (base octale).

Le reste de la chaîne est converti en une valeur de type unsigned long, en s'arrêtant au premier caractère qui ne soit pas un chiffre valable dans la base indiquée. Dans les bases supérieures à 10, la lettre « A » (majuscule ou minuscule) représente 10, « B » représente 11, et ainsi de suite jusqu'à « Z » représentant 35.

Si endptr n'est pas NULL, strtoul() stocke l'adresse du premier caractère non autorisé dans *endptr. S'il n'y a aucun chiffre, strtoul() stocke la valeur originale de nptr dans *endptr (et renvoie 0). En particulier, si *nptr n'est pas « \0\ » et si **endptr vaut « \0\ » en retour, la chaîne entière est valable.

La fonction strtoull() fonctionne comme strtoul() mais renvoie une valeur entière de type unsigned long long.

VALEUR RENVOYÉE

La fonction strtoul() renvoie soit le résultat de la conversion, soit, s'il y avait un signe moins en tête, l'opposé du résultat de la conversion représentée comme une valeur non signée, à moins que la valeur originale ne provoque un débordement, auquel cas strtoul() renvoie ULONG_MAX et errno contient le code d'erreur ERANGE. La même chose est vraie pour strtoull() avec ULLONG_MAX à la place de ULONG_MAX.

ERREURS

EINVAL
(pas dans C99) La base indiquée n'est pas prise en charge.
ERANGE
La valeur retournée est hors limites.

L'implémentation peut aussi mettre errno à EINVAL si aucune conversion n'a été réalisée (pas de chiffres trouvés, et 0 renvoyé).

ATTRIBUTS

Pour une explication des termes utilisés dans cette section, consulter attributes(7).
Interface Attribut Valeur
strtoul(), strtoull(), strtouq() Sécurité des threads MT-Safe locale

CONFORMITÉ

strtoul() : POSIX.1-2001, POSIX.1-2008, C89, C99 SVr4.

strtoull() : POSIX.1-2001, POSIX.1-2008, C99.

NOTES

Comme strtoul() peut légitimement renvoyer 0 ou ULONG_MAX (ULLONG_MAX pour strtoull()) à la fois en cas de succès et d'échec, le programme appelant doit positionner errno à 0 avant l'appel, et déterminer si une erreur s'est produite en regardant si errno a une valeur non nulle après l'appel.

Dans des localisations autres que « C », d'autres chaînes peuvent être acceptées. Par exemple, un signe séparateur de milliers pour la localisation utilisée peut être accepté.

BSD a aussi


u_quad_t strtouq(const char *nptr, char **endptr, int base);


avec une définition exactement analogue. Suivant l'architecture, cela peut être équivalent à strtoull() ou strtoul().

Des valeurs négatives sont considérées comme valables et sont converties en une valeur de type unsigned long équivalente sans avertissement.

EXEMPLES

Consultez l'exemple dans la page de manuel strtol(3) ; l'utilisation des fonctions décrites dans cette page de manuel est identique.

VOIR AUSSI

a64l(3), atof(3), atoi(3), atol(3), strtod(3), strtol(3), strtoumax(3)

COLOPHON

Cette page fait partie de la publication 5.10 du projet man-pages Linux. Une description du projet et des instructions pour signaler des anomalies et la dernière version de cette page peuvent être trouvées à l'adresse https://www.kernel.org/doc/man-pages/.

TRADUCTION

La traduction française de cette page de manuel a été créée par Christophe Blaess <https://www.blaess.fr/christophe/>, Stéphan Rafin <stephan.rafin@laposte.net>, Thierry Vignaud <tvignaud@mandriva.com>, François Micaux, Alain Portal <aportal@univ-montp2.fr>, Jean-Philippe Guérard <fevrier@tigreraye.org>, Jean-Luc Coulon (f5ibh) <jean-luc.coulon@wanadoo.fr>, Julien Cristau <jcristau@debian.org>, Thomas Huriaux <thomas.huriaux@gmail.com>, Nicolas François <nicolas.francois@centraliens.net>, Florentin Duneau <fduneau@gmail.com>, Simon Paillard <simon.paillard@resel.enst-bretagne.fr>, Denis Barbier <barbier@debian.org>, David Prévot <david@tilapin.org> et Grégoire Scano <gregoire.scano@malloc.fr>

Cette traduction est une documentation libre ; veuillez vous reporter à la GNU General Public License version 3 concernant les conditions de copie et de distribution. Il n'y a aucune RESPONSABILITÉ LÉGALE.

Si vous découvrez un bogue dans la traduction de cette page de manuel, veuillez envoyer un message à debian-l10n-french@lists.debian.org.

1 novembre 2020 GNU