Scroll to navigation

GETGROUPLIST(3) Manuel du programmeur Linux GETGROUPLIST(3)

NOM

getgrouplist - Obtenir la liste des groupes auxquels appartient un utilisateur

SYNOPSIS

#include <grp.h>

int getgrouplist(const char *user, gid_t group,
gid_t *groups, int *ngroups);


Exigences de macros de test de fonctionnalités pour la glibc (consulter feature_test_macros(7)) :

getgrouplist(): Since glibc 2.19: _DEFAULT_SOURCE Glibc 2.19 and earlier: _BSD_SOURCE

DESCRIPTION

La fonction getgrouplist() balaie la base de données des groupes (voir group(5)) pour obtenir la liste des groupes auxquels appartient l'utilisateur user. Jusqu'à *ngroups de ces groupes sont retournés dans le tableau groups.

S'il n'était pas parmi les groupes définis pour l'utilisateur user dans la base de données des groupes, group est inclus dans la liste des groupes retournée par getgrouplist ; typiquement, cet argument est spécifié comme étant l'identifiant du groupe de l'utilisateur user pris dans l'enregistrement correspondant dans le fichier des mots de passe.

L'argument ngroups est un argument « valeur résultat » : au retour, il contient toujours le nombre de groupes trouvés pour l'utilisateur user, incluant group ; cette valeur peut être supérieure au nombre de groupes enregistrés dans groups.

VALEUR RENVOYÉE

Si le nombre de groupes auquel l'utilisateur user appartient est inférieur ou égal à *ngroups, la valeur *ngroups est renvoyée.

Si l'utilisateur appartient à plus de *ngroups groupes, getgrouplist() renvoie -1. Dans ce cas, la valeur renvoyée dans *ngroups peut être utilisée pour redimensionner le tampon passé à un appel getgrouplist() ultérieur.

VERSIONS

Cette fonction est présente depuis glibc 2.2.4.

ATTRIBUTS

Pour une explication des termes utilisés dans cette section, consulter attributes(7).
Interface Attribut Valeur
getgrouplist() Sécurité des threads MT-Safe locale

CONFORMITÉ

Cette fonction n'est pas standard, elle est apparue sur la plupart des BSD.

BOGUES

Dans les versions de la glibc antérieures à la 2.3.3, l'implémentation de cette fonction comportait un bogue de débordement de tampon : elle renvoyait la liste complète des groupes de l'utilisateur user dans le tableau groups, même si le nombre de groupes était supérieur à *ngroups.

EXEMPLES

Le programme ci-dessous affiche la liste des groupes auxquels appartient l'utilisateur indiqué comme premier argument de la ligne de commande. Le second argument indique la valeur ngroups à passer à getgrouplist(). La session shell suivante montre des exemples d'utilisation de ce programme :


$ ./a.out cecilia 0
getgrouplist() returned -1; ngroups = 3
$ ./a.out cecilia 3
ngroups = 3
16 (dialout)
33 (video)
100 (users)


Source du programme

#include <stdio.h>
#include <stdlib.h>
#include <grp.h>
#include <pwd.h>
int
main(int argc, char *argv[])
{
    int j, ngroups;
    gid_t *groups;
    struct passwd *pw;
    struct group *gr;
    if (argc != 3) {
        fprintf(stderr, "Usage: %s <user> <ngroups>\n", argv[0]);
        exit(EXIT_FAILURE);
    }
    ngroups = atoi(argv[2]);
    groups = malloc(ngroups * sizeof (gid_t));
    if (groups == NULL) {
        perror("malloc");
        exit(EXIT_FAILURE);
    }
    /* Fetch passwd structure (contains first group ID for user) */
    pw = getpwnam(argv[1]);
    if (pw == NULL) {
        perror("getpwnam");
        exit(EXIT_SUCCESS);
    }
    /* Retrieve group list */
    if (getgrouplist(argv[1], pw->pw_gid, groups, &ngroups) == -1) {
        fprintf(stderr, "getgrouplist() returned -1; ngroups = %d\n",
                ngroups);
        exit(EXIT_FAILURE);
    }
    /* Display list of retrieved groups, along with group names */
    fprintf(stderr, "ngroups = %d\n", ngroups);
    for (j = 0; j < ngroups; j++) {
        printf("%d", groups[j]);
        gr = getgrgid(groups[j]);
        if (gr != NULL)
            printf(" (%s)", gr->gr_name);
        printf("\n");
    }
    exit(EXIT_SUCCESS);
}

VOIR AUSSI

getgroups(2), setgroups(2), getgrent(3), group_member(3), group(5), passwd(5)

COLOPHON

Cette page fait partie de la publication 5.07 du projet man-pages Linux. Une description du projet et des instructions pour signaler des anomalies et la dernière version de cette page, peuvent être trouvées à l'adresse https://www.kernel.org/doc/man-pages/.

TRADUCTION

La traduction française de cette page de manuel a été créée par Christophe Blaess <https://www.blaess.fr/christophe/>, Stéphan Rafin <stephan.rafin@laposte.net>, Thierry Vignaud <tvignaud@mandriva.com>, François Micaux, Alain Portal <aportal@univ-montp2.fr>, Jean-Philippe Guérard <fevrier@tigreraye.org>, Jean-Luc Coulon (f5ibh) <jean-luc.coulon@wanadoo.fr>, Julien Cristau <jcristau@debian.org>, Thomas Huriaux <thomas.huriaux@gmail.com>, Nicolas François <nicolas.francois@centraliens.net>, Florentin Duneau <fduneau@gmail.com>, Simon Paillard <simon.paillard@resel.enst-bretagne.fr>, Denis Barbier <barbier@debian.org> et David Prévot <david@tilapin.org>

Cette traduction est une documentation libre ; veuillez vous reporter à la GNU General Public License version 3 concernant les conditions de copie et de distribution. Il n'y a aucune RESPONSABILITÉ LÉGALE.

Si vous découvrez un bogue dans la traduction de cette page de manuel, veuillez envoyer un message à <debian-l10n-french@lists.debian.org>.

9 juin 2020 GNU