Scroll to navigation

flock(2) System Calls Manual flock(2)

NOM

flock - Placer ou enlever un verrou partagé sur un fichier ouvert

BIBLIOTHÈQUE

Bibliothèque C standard (libc, -lc)

SYNOPSIS

#include <sys/file.h>
int flock(int fd, int operation);

DESCRIPTION

Placer ou enlever un verrou partagé sur un fichier ouvert dont le descripteur est fd. Le paramètre operation est l'un des suivants :

Verrouillage partagé. Plusieurs processus peuvent disposer d'un verrouillage partagé simultanément sur un même fichier à un moment donné.
Verrouillage exclusif. Un seul processus dispose d'un verrouillage exclusif sur un fichier à un moment donné.
Déverrouillage d'un verrou tenu par le processus.

Un appel flock() peut bloquer si un verrou incompatible est tenu par un autre processus. Pour qu’une requête soit non‐bloquante, il faut inclure LOCK_NB (par un OU binaire « | » ) avec n’importe quelle opération ci-dessus.

Un même fichier ne peut pas avoir simultanément des verrous partagés et exclusifs.

Les verrous créés avec flock() sont associés à un descripteur de fichier ouvert (consultez open(2)). Ainsi, les descripteurs de fichier dupliqués (par exemple avec fork(2) ou dup(2)) réfèrent au même verrou, et celui‐ci peut être relâché ou modifié en utilisant un des ces descripteurs de fichier. De plus, un verrou est relâché par une opération explicite LOCK_UN sur l'un quelconque de ces descripteurs de fichier dupliqués ou lorsqu'ils ont tous été fermés.

Si un processus utilise open(2) (ou équivalent) pour avoir plus d'un descripteur de fichier pour un même fichier, ces descripteurs de fichier sont traités indépendamment par flock(). Une tentative de verrouiller le fichier avec l'un de ces descripteurs peut être refusée si le processus appelant a déjà placé un verrou en utilisant un autre descripteur de fichier.

Un processus ne peut avoir qu'un seul type de verrou (partagé ou exclusif) sur un fichier. En conséquence un appel flock() sur un fichier déjà verrouillé modifiera le type de verrouillage.

Les verrous créés par flock() sont conservés à la fin d'un execve(2).

Un verrou partagé ou exclusif peut être placé sur un fichier quel que soit le mode d'ouverture du fichier.

VALEUR RENVOYÉE

En cas de succès, zéro est renvoyé. En cas d'erreur, -1 est renvoyé et errno est définie pour préciser l'erreur.

ERREURS

fd n'est pas un descripteur de fichier ouvert.
Durant l'attente pour acquérir le verrou, l'appel a été interrompu par un signal capturé par un gestionnaire ; consultez signal(7).
operation n’est pas acceptable.
Le noyau n'a pas assez de mémoire pour les allocations de verrou.
Le fichier est verrouillé et l'attribut LOCK_NB a été précisé.

STANDARDS

4.4BSD (l'appel système flock() est apparu dans 4.2BSD). Une version de flock(), parfois implémentée à partir de fcntl(2), est apparue sur la plupart des systèmes UNIX.

NOTES

Depuis Linux 2.0, flock() est implémenté comme un appel système à part entière plutôt que d'être émulé par une routine de la bibliothèque GNU C invoquant fcntl(2). Avec cette implémentation, il n'y a pas d'interaction entre les verrous placés par flock() et fcntl(2), et flock() ne détecte pas les cas d’interblocage (deadlock) (remarquez, cependant, que sur certains BSD modernes, les verrouillages flock() et fcntl(2) interagissent entre eux).

flock() place uniquement des verrous partagés : suivant les permissions du fichier un processus peut ignorer l'utilisation de flock() et faire des entrées-sorties sur le fichier.

Les sémantiques des verrous placés par flock() et fcntl(2) sont différentes en ce qui concerne fork(2) et dup(2). Sur les systèmes qui implémentent flock() en utilisant fcntl(2), la sémantique de flock() sera différente de celle décrite ici.

La conversion d'un verrou (de partagé à exclusif et vice versa) n'est pas toujours atomique : tout d'abord le verrou existant est supprimé, puis un nouveau verrou est établi. Entre ces deux étapes, un verrou demandé par un autre processus peut être accordé, ce qui peut causer soit un blocage de la conversion, soit son échec, si LOCK_NB était indiqué. (Cela est le comportement BSD d'origine, et est partagé par de nombreuses implémentations.)

Détails NFS

Jusqu’à Linux 2.6.11, flock() ne verrouille pas les fichiers à travers NFS (à savoir que le but des verrous a été limité au système local). Utilisez plutôt fcntl(2) pour verrouiller une plage d'octets, qui fonctionne avec NFS si la version de Linux est suffisamment récente et si le serveur accepte les verrouillages.

Depuis Linux 2.6.12, les clients NFS prennent en charge les verrouillages flock() en les émulant sous la forme de verrous de plages d'octets fcntl(2) sur tout le fichier. Cela signifie que les verrouillages fcntl(2) et flock() interagissent entre eux avec NFS. Cela veut dire que pour poser un verrouillage exclusif, le fichier doit être ouvert en écriture.

Depuis Linux 2.6.37, le noyau gère un mode de compatibilité qui permet aux verrouillages flock() (et aux verrous d'une plage d'octets fcntl(2)) d'être traités en local ; voir le point sur l'option local_lock dans nfs(5).

Détails CIFS

Jusqu'à Linux 5.4, flock() n'est pas propagé par SMB. Un fichier ayant de tels verrous n'apparaitra pas verrouillé pour les clients distants.

Depuis Linux 5.5, flock(), les verrous sont émulés avec ceux par plage d’octets SMB sur tout le fichier. Comme pour NFS, cela veut dire que les verrous fcntl(2) et flock() interagissent entre eux. Un autre effet de bord important est que les verrous ne sont plus partagé : n'importe quelle E/S sur un fichier verrouillé échouera toujours avec l'erreur EACCES si elle vient d'un autre descripteur de fichier. Cette différence vient de la conception même des verrous dans le protocole SMB, qui fournit une sémantique de verrouillage exclusif.

La sémantique des verrous distants et exclusifs peut varier selon le protocole SMB, les options de montage et le type de serveur. Voir mount.cifs(8) pour des informations supplémentaires.

VOIR AUSSI

flock(1), close(2), dup(2), execve(2), fcntl(2), fork(2), open(2), lockf(3), lslocks(8)

Documentation/filesystems/locks.txt dans les sources du noyau Linux (Documentation/locks.txt pour les anciens noyaux)

TRADUCTION

La traduction française de cette page de manuel a été créée par Christophe Blaess <https://www.blaess.fr/christophe/>, Stéphan Rafin <stephan.rafin@laposte.net>, Thierry Vignaud <tvignaud@mandriva.com>, François Micaux, Alain Portal <aportal@univ-montp2.fr>, Jean-Philippe Guérard <fevrier@tigreraye.org>, Jean-Luc Coulon (f5ibh) <jean-luc.coulon@wanadoo.fr>, Julien Cristau <jcristau@debian.org>, Thomas Huriaux <thomas.huriaux@gmail.com>, Nicolas François <nicolas.francois@centraliens.net>, Florentin Duneau <fduneau@gmail.com>, Simon Paillard <simon.paillard@resel.enst-bretagne.fr>, Denis Barbier <barbier@debian.org>, David Prévot <david@tilapin.org> et Jean-Philippe MENGUAL <jpmengual@debian.org>

Cette traduction est une documentation libre ; veuillez vous reporter à la GNU General Public License version 3 concernant les conditions de copie et de distribution. Il n'y a aucune RESPONSABILITÉ LÉGALE.

Si vous découvrez un bogue dans la traduction de cette page de manuel, veuillez envoyer un message à debian-l10n-french@lists.debian.org.

4 décembre 2022 Pages du manuel de Linux 6.02