Scroll to navigation

CFDISK(8) Administration Système CFDISK(8)

NOM

cfdisk - Afficher ou manipuler une table de partitions de disque

SYNOPSIS

cfdisk [options] [périphérique]

DESCRIPTION

cfdisk est un programme utilisant curses destiné au partitionnement de n’importe quel périphérique bloc. Le périphérique par défaut est /dev/sda.

Remarquez que cfdisk fournit une fonctionnalité de partitionnement de base avec une interface utilisateur agréable. Si vous avez besoin de fonctionnalités avancées, vous devriez plutôt utiliser fdisk(8).

Toutes les modifications d'étiquette de disque resteront uniquement en mémoire et le disque ne sera pas modifié jusqu'à ce que vous décidiez d'écrire vos changements. Soyez prudent avant d'utiliser la commande « write ».

Depuis la version 2.25, cfdisk prend en charge les étiquettes de disque MBR (DOS), GPT, SUN et SGI, mais ne fournit plus de fonctionnalité pour l’adressage CTS (cylindre tête secteur). CTS n’a jamais été important pour Linux et ce concept d’adressage n’a aucun sens pour les nouveaux périphériques.

Depuis la version 2.25, cfdisk ne fournit plus non plus de commande d’affichage « print ». Cette fonctionnalité est fournie par les utilitaires partx(8) et lsblk(8) de manière très confortable et évoluée.

Pour supprimer une ancienne table de partitions d’un périphérique, utilisez wipefs(8).

OPTIONS

-h, --help

Afficher l’aide-mémoire puis quitter.

-V, --version

Afficher la version puis quitter.

-L, --color[=quand]

Colorer la sortie. L’argument facultatif quand peut être auto, never ou always. En absence d’argument quand, auto est la valeur par défaut. Les couleurs peuvent être désactivées. Pour les valeurs par défaut, consultez la sortie de la commande avec --help. Consultez également la section COULEURS.

--lock[=mode]

Utiliser un verrou BSD exclusif pour le périphérique ou le fichier visé. L’argument facultatif mode peut être yes, no (ou 1 et 0) ou nonblock. Si cet argument est absent, sa valeur par défaut est yes. Cette option écrase la variable d’environnement $LOCK_BLOCK_DEVICE. Le comportement par défaut est de n’utiliser aucun verrou, mais cela est recommandé pour éviter des collisions avec systemd-udevd(8) ou d’autres outils.

-r, --read-only

Ouverture forcée en mode lecture seule.

-z, --zero

Démarrer avec une table de partitions vierge en mémoire. Cette option ne réinitialise pas la table de partitions sur le disque ; le programme démarre simplement sans lire la table de partitions existante. Cette option permet de créer une nouvelle table de partitions vide ou à partir d’un script compatible avec sfdisk(8).

COMMANDES

Les commandes de cfdisk peuvent être entrées en pressant la touche correspondante (presser la touche « Entrée » n’est pas nécessaire après chaque commande). Voici la liste des commandes disponibles :

b

Activer ou désactiver l’attribut d'amorçage de la partition actuelle. Cela vous permet de sélectionner la partition primaire amorçable du disque. Cette commande pourrait ne pas être disponible pour tous les types d’étiquette de partition.

d

Supprimer la partition actuelle. Cela transformera la partition en espace libre et l'ajoutera à l'espace libre adjacent à la partition actuelle. Une partition marquée comme espace libre ou marquée inutilisable ne peut pas être supprimée.

h

Afficher un écran d'aide.

n

Créer une nouvelle partition à partir de l’espace libre. cfdisk demande alors la taille de la partition à créer. La taille par défaut est égale à la totalité de l’espace libre disponible sur la partition actuelle.

La taille peut être suivie d’un suffixe multiplicatif KiB(=1024), MiB(=1024*1024), etc., pour GiB, TiB, PiB, EiB, ZiB et YiB (la partie « iB » est facultative, par exemple « K » est identique à « KiB »).

q

Quitter le programme. Cela permet de quitter le programme sans écrire aucune donnée sur le disque.

r

Réduire ou agrandir la partition actuelle. cfdisk vous demandera la nouvelle taille de partition. La taille par défaut est celle actuelle. Une partition marquée comme espace libre ou comme inutilisable ne peut pas être redimensionnée.

Il est à remarquer que réduire la taille d’une partition peut détruire des données sur cette partition.

s

Ordonner les partitions dans l’ordre croissant de secteur de début. Lors de la suppression et de l’ajout de partitions, la numérotation des partitions ne correspondra probablement plus à leur ordre sur le disque. Cette commande restaure la correspondance.

t

Modifier le type de partition. Par défaut, les nouvelles partitions sont créées comme des partitions Linux.

u

Sauvegarder le contenu de la table de partitions actuellement en mémoire dans un fichier script compatible avec sfdisk(8).

Les fichiers script sont compatibles entre cfdisk, fdisk(8), sfdisk(8) et les autres applications libfdisk. Pour plus de précisions, consultez sfdisk(8).

Un script sfdisk peut aussi être chargé dans cfdisk si aucune table de partitions n’existe sur le périphérique ou si cfdisk a été démarré avec l’option --zero.

W

Écrire la table de partitions sur le disque (notez que le W doit être entré en majuscule). Étant donné que cette commande peut détruire des données du disque, vous devez confirmer ou annuler l'ordre d'écriture en entrant « yes » ou « no ». Si vous entrez « yes », cfdisk écrira la table de partitions sur le disque et enverra l'ordre au noyau de relire la table de partitions à partir du disque.

La relecture de la table ne fonctionne pas toujours. Dans ce cas, vous devrez informer le noyau vous-même des nouvelles partitions en utilisant partprobe(8) ou kpartx(8) ou en redémarrant le système.

x

Naviguer dans les informations supplémentaires à propos d’une partition.

Flèche vers le Haut, Flèche vers le Bas

Déplacer le curseur vers la partition précédente ou suivante. S'il y a davantage de partitions qu'il ne peut s'en afficher simultanément, vous pourrez afficher le groupe de partitions suivant (précédent) en faisant défiler l'écran vers le bas (flèche vers le haut) vers la dernière (c'est-à-dire la première) partition affichée à l'écran.

Flèche vers la gauche, Flèche vers la droite

Sélectionner l’élément de menu précédent ou suivant. Presser la touche « Entrée » exécutera l’élément sélectionné.

Toutes les commandes peuvent être entrées en minuscules ou en majuscules (à l’exception de Write pour écrire). Dans un sous-menu ou une invite, la touche « Échap. » permet de revenir au menu principal.

COULEURS

La coloration de la sortie est implémentée par la fonction terminal-colors.d(5). La coloration implicite peut être désactivée par un fichier vide.

/etc/terminal-colors.d/cfdisk.disable

pour la commande cfdisk ou pour tous les outils par

/etc/terminal-colors.d/disable

Les fichiers $XDG_CONFIG_HOME/terminal-colors.d ou $HOME/.config/terminal-colors.d spécifiques à l'utilisateur remplacent la configuration globale.

Notez que la coloration de la sortie peut être activée par défaut et dans ce cas, les répertoires terminal-colors.d n'ont pas besoin d'exister déjà.

cfdisk ne permet pas la personnalisation de couleurs avec un fichier de schéma de couleurs.

ENVIRONNEMENT

CFDISK_DEBUG=all

Activer la sortie de débogage de cfdisk.

LIBFDISK_DEBUG=all

Activer la sortie de débogage de libfdisk.

LIBBLKID_DEBUG=all

Activer la sortie de débogage de libblkid.

LIBSMARTCOLS_DEBUG=all

Activer la sortie de débogage de libsmartcols.

LIBSMARTCOLS_DEBUG_PADDING=on

Utiliser des caractères de remplissage visibles. Activation nécessaire de LIBSMARTCOLS_DEBUG.

LOCK_BLOCK_DEVICE=<mode>

Utiliser un verrou exclusif BSD. Le mode est « 1 » ou « 0 ». Consulter --lock pour davantage de détails.

AUTEURS

Karel Zak <kzak@redhat.com>

L’implémentation actuelle de cfdisk est basée sur le cfdisk d’origine de Kevin E. Martin <martin@cs.unc.edu>.

VOIR AUSSI

fdisk(8), parted(8), partprobe(8), partx(8), sfdisk(8)

SIGNALER DES BOGUES

Pour envoyer un rapport de bogue, utilisez le système de gestion des problèmes à l'adresse <https://github.com/util-linux/util-linux/issues>.

DISPONIBILITÉ

La commande cfdisk fait partie du paquet util-linux, qui peut être téléchargé de Linux Kernel Archive <https://www.kernel.org/pub/linux/utils/util-linux/>.

TRADUCTION

La traduction française de cette page de manuel a été créée par Christophe Blaess <ccb@club-internet.fr>, Michel Quercia <quercia AT cal DOT enst DOT fr>, Thierry Vignaud <tvignaud@mandriva.com>, Frédéric Delanoy <delanoy_f@yahoo.com>, Thierry Vignaud <tvignaud@mandriva.com>, Christophe Sauthier <christophe@sauthier.com>, Sébastien Blanchet, Jérôme Perzyna <jperzyna@yahoo.fr>, Aymeric Nys <aymeric AT nnx POINT com>, Alain Portal <aportal@univ-montp2.fr>, Thomas Huriaux <thomas.huriaux@gmail.com>, Yves Rütschlé <l10n@rutschle.net>, Jean-Luc Coulon (f5ibh) <jean-luc.coulon@wanadoo.fr>, Julien Cristau <jcristau@debian.org>, Philippe Piette <foudre-blanche@skynet.be>, Jean-Baka Domelevo-Entfellner <domelevo@gmail.com>, Nicolas Haller <nicolas@boiteameuh.org>, Sylvain Archenault <sylvain.archenault@laposte.net>, Valéry Perrin <valery.perrin.debian@free.fr>, Jade Alglave <jade.alglave@ens-lyon.org>, Nicolas François <nicolas.francois@centraliens.net>, Alexandre Kuoch <alex.kuoch@gmail.com>, Lyes Zemmouche <iliaas@hotmail.fr>, Florentin Duneau <fduneau@gmail.com>, Alexandre Normand <aj.normand@free.fr>, David Prévot <david@tilapin.org>, Jean-Paul Guillonneau <guillonneau.jeanpaul@free.fr> et Jean-Pierre Giraud <jean-pierregiraud@neuf.fr>

Cette traduction est une documentation libre ; veuillez vous reporter à la GNU General Public License version 3 concernant les conditions de copie et de distribution. Il n'y a aucune RESPONSABILITÉ LÉGALE.

Si vous découvrez un bogue dans la traduction de cette page de manuel, veuillez envoyer un message à debian-l10n-french@lists.debian.org.

17 février 2022 util-linux 2.38