Scroll to navigation

CONNECT(2) Manuel du programmeur Linux CONNECT(2)

NOM

connect - Débuter une connexion sur un socket

SYNOPSIS

#include <sys/types.h>          /* Consultez NOTES */

#include <sys/socket.h>
int connect(int sockfd, const struct sockaddr *addr,
            socklen_t addrlen);

DESCRIPTION

L'appel système connect() connecte le socket associé au descripteur de fichier sockfd à l'adresse indiquée par addr. L'argument addrlen indique la taille de addr. Le format de l'adresse addr est déterminé par la famille du socket sockfd ; consultez socket(2) pour plus de détails.

Si le socket sockfd est du type SOCK_DGRAM, alors addr est l'adresse à laquelle les datagrammes seront envoyés par défaut, et la seule adresse depuis laquelle ils seront reçus. Si le socket est du type SOCK_STREAM ou SOCK_SEQPACKET, cette fonction tente de se connecter à un autre socket. L'adresse de l'autre socket est indiquée par addr.

Certains sockets de protocole (comme les sockets de flux de domaine UNIX) peuvent connect() avec succès une seule fois.

Certains sockets de protocole (comme les sockets datagramme des domaines UNIX et Internet) peuvent utiliser connect() plusieurs fois pour modifier leur association.

Certains sockets des protocoles orientés connexion (comme les sockets TCP ainsi que les sockets datagramme des domaines UNIX et Internet) peuvent rompre l'association en se connectant à une adresse avec le membre sa_family de sockaddr positionné sur AF_UNSPEC;, le socket peut par la suite se connecter à une autre adresse (AF_UNSPEC est pris en charge sur Linux depuis le noyau 2.2).

VALEUR RENVOYÉE

connect() renvoie 0 s'il réussit, ou -1 s'il échoue, auquel cas errno contient le code d'erreur.

ERREURS

Voici une liste d'erreurs générales concernant les sockets. Il peut en exister d'autres spécifiques au domaine employé.
EACCES
Pour les sockets de domaine UNIX qui sont spécifiés par un nom de chemin : la permission en écriture est refusée sur le fichier socket, ou la permission de parcours est refusée pour l'un des répertoires composant le chemin. (Consultez aussi path_resolution(7).)
EACCES, EPERM
L'utilisateur a tenté de se connecter à une adresse broadcast sans avoir activé l'attribut broadcast, ou la demande de connexion a échoué à cause des règles d'un pare-feu local.
EACCES peut aussi être renvoyé si un erègle SELinux a interdit une connexion ('par exemple si une règle prévoit qu'un mandataire HTTP ne peut se connecter qu'à des ports associés aux serveurs HTTP et que le mandataire essaie de se connecter à un autre port). dd
EADDRINUSE
L'adresse locale est déjà utilisée.
EADDRNOTAVAIL
(Sockets Internet) Le socket indiqué par sockfd n'a pas encore été attaché a une adresse, et lors d'une tentative d'attachement à un port éphémère, aucun port n'était disponible dans l'intervalle des ports éphémères. Consultez les explications concernant /proc/sys/net/ipv4/ip_local_port_range dans ip(7).
EAFNOSUPPORT
L'adresse transmise n'a pas la bonne valeur dans son champ sa_family.
EAGAIN
Pour les sockets de domaine UNIX non bloquants, le socket n'est pas bloquant et la connexion ne peut pas être établie immédiatement. Pour les autres familles de sockets, il n'y a pas assez d'entrées dans le cache de routage.
EALREADY
Le socket est non bloquant et une tentative de connexion précédente ne s'est pas encore terminée.
EBADF
sockfd n'est pas un descripteur de fichier valable.
ECONNREFUSED
La connect() à un socket de flux n'a rien trouvé qui écoutait à l'adresse distante.
EFAULT
La structure d'adresse pointe en dehors de l'espace d'adressage.
EINPROGRESS
Le socket est non bloquant et la connexion ne peut pas être établie immédiatement (les sockets de domaines UNIX échouaient plutôt avec EAGAIN). Il est alors possible d'utiliser select(2) ou poll(2) pour attendre que le socket soit disponible en écriture. Une fois que select(2) confirme la possibilité d'écrire, utilisez getsockopt(2) pour lire l'option SO_ERROR du niveau SOL_SOCKET et déterminer si connect() s'est terminé avec succès (SO_ERROR vaut zéro) ou en échec (SO_ERROR contient l'un des codes d'erreurs listés ici, indiquant le problème).
EINTR
L'appel système a été interrompu par la réception d'un signal ; consultez signal(7).
EISCONN
Le socket est déjà connecté.
ENETUNREACH
Le réseau est inaccessible.
ENOTSOCK
Le descripteur de fichier sockfd ne fait pas référence à un socket.
EPROTOTYPE
Le protocole de communication demandé n'est pas accepté par le type de socket. Cette erreur peut se produire, par exemple, lors d'une tentative de connexion d'un socket de datagramme UNIX avec un socket de flux.
ETIMEDOUT
Dépassement du délai maximal pendant la connexion. Le serveur peut être trop chargé pour accepter une nouvelle connexion. Remarquez que pour les sockets IP, le délai peut être très long si les syncookies sont activés sur le serveur.

CONFORMITÉ

POSIX.1-2001, POSIX.1-2008, SVr4, 4.4BSD, (connect() est apparu dans BSD 4.2).

NOTES

POSIX.1-2001 ne requiert pas l'inclusion de <sys/types.h>, et cet en‐tête n'est pas nécessaire sous Linux. Cependant, il doit être inclus sous certaines implémentations historiques (BSD), et les applications portables devraient probablement l'utiliser.

Pour plus de détails sur le type socklen_t, voir accept(2).

Si connect() échoue, considérez que le socket est dans un état non spécifié. Les applications portables devraient fermer le socket et en créer un nouveau pour se reconnecter.

EXEMPLES

getaddrinfo(3) contient un exemple d'utilisation de connect().

VOIR AUSSI

accept(2), bind(2), getsockname(2), listen(2), socket(2), path_resolution(7), selinux(8)

COLOPHON

Cette page fait partie de la publication 5.07 du projet man-pages Linux. Une description du projet et des instructions pour signaler des anomalies et la dernière version de cette page, peuvent être trouvées à l'adresse https://www.kernel.org/doc/man-pages/.

TRADUCTION

La traduction française de cette page de manuel a été créée par Christophe Blaess <https://www.blaess.fr/christophe/>, Stéphan Rafin <stephan.rafin@laposte.net>, Thierry Vignaud <tvignaud@mandriva.com>, François Micaux, Alain Portal <aportal@univ-montp2.fr>, Jean-Philippe Guérard <fevrier@tigreraye.org>, Jean-Luc Coulon (f5ibh) <jean-luc.coulon@wanadoo.fr>, Julien Cristau <jcristau@debian.org>, Thomas Huriaux <thomas.huriaux@gmail.com>, Nicolas François <nicolas.francois@centraliens.net>, Florentin Duneau <fduneau@gmail.com>, Simon Paillard <simon.paillard@resel.enst-bretagne.fr>, Denis Barbier <barbier@debian.org>, David Prévot <david@tilapin.org>, Cédric Boutillier <cedric.boutillier@gmail.com>, Frédéric Hantrais <fhantrais@gmail.com> et Jean-Philippe MENGUAL <jpmengual@debian.org>

Cette traduction est une documentation libre ; veuillez vous reporter à la GNU General Public License version 3 concernant les conditions de copie et de distribution. Il n'y a aucune RESPONSABILITÉ LÉGALE.

Si vous découvrez un bogue dans la traduction de cette page de manuel, veuillez envoyer un message à <debian-l10n-french@lists.debian.org>.

11 avril 2020 Linux