Scroll to navigation

dpkg(1) dpkg suite dpkg(1)

NOM

dpkg - Gestionnaire de paquet pour Debian

SYNOPSIS

dpkg [option...] action

AVERTISSEMENT

Ce manuel est destiné aux utilisateurs qui souhaitent aller au-delà de la commande dpkg --help pour la compréhension des options de la ligne de commande et des états des paquets.

Les responsables de paquet qui veulent comprendre comment dpkg installe leur paquet ne doivent pas l'utiliser. Les descriptions concernant l'installation ou la désinstallation des paquets sont très insuffisantes.

DESCRIPTION

dpkg is a tool to install, build, remove and manage Debian packages. The primary and more user-friendly front-end for dpkg is aptitude(8). dpkg itself is controlled entirely via command line parameters, which consist of exactly one action and zero or more options. The action-parameter tells dpkg what to do and options control the behavior of the action in some way.

dpkg peut également être utilisé comme interface pour dpkg-deb(1) et dpkg-query(1). La liste des actions gérées est indiquée dans la section ACTIONS. Si cette section est présente, dpkg n'exécute que dpkg-deb ou dpkg-query avec les paramètres qui lui sont passés, mais aucune action spécifique ne leur est communiquée. Pour utiliser cela, il est nécessaire d'appeler le programme directement.

RENSEIGNEMENTS SUR LES PAQUETS

dpkg conserve des renseignements utiles sur les paquets disponibles. Cette information est divisée en trois classes : les états, les états de la sélection et les drapeaux. La modification de ces valeurs est principalement dévolue à dselect.

États du paquet :

Le paquet n'est pas installé sur le système.
Only the configuration files or the postrm script and the data it needs to remove of the package exist on the system.
L'installation du paquet a commencé mais, pour une raison quelconque, ne s'est pas terminée.
Le paquet est dépaqueté mais n'est pas configuré.
Le paquet est dépaqueté et la configuration a commencé mais, pour une quelconque raison, ne s'est pas terminée.
Le paquet attend l'exécution d'une action différée qui est à la charge d'un autre paquet.
Une action différée de ce paquet a été activée, il reste à l'exécuter.
Le paquet est correctement dépaqueté et configuré.

États de sélection des paquets

Le paquet est sélectionné pour être installé.
A package marked to be on hold is kept on the same version, that is, no automatic new installs, upgrades or removals will be performed on them, unless these actions are requested explicitly, or are permitted to be done automatically with the --force-hold option.
Le paquet est sélectionné pour être désinstallé (c'est-à-dire qu'on veut supprimer tous les fichiers à l'exception des fichiers de configuration).
Le paquet est sélectionné pour être purgé (c'est-à-dire qu'on veut tout supprimer dans les répertoires du système, même les fichiers de configuration).
La sélection de paquets est inconnue. Un paquet qui est aussi dans un état not-installed et avec un drapeau ok sera oublié dans le prochain enregistrement de la base de données.

Drapeaux du paquet :

Un paquet marqué ok est dans un état connu, mais pourrait nécessiter un traitement supplémentaire.
Un paquet marqué reinstreq est défectueux et demande une réinstallation. dpkg ne peut supprimer ces paquets, à moins qu'il ne soit lancé avec l'option de forçage --force-remove-reinstreq.

ACTIONS

Installe le paquet. Si l'option --recursive ou -R est utilisée, fichier-paquet doit alors être un répertoire.

L'installation comporte les étapes suivantes :

1. Extraction des fichiers de contrôle du nouveau paquet.

2. Quand une ancienne version du même paquet est déjà installée, exécution du script prerm de l'ancien paquet.

3. Lancement du script preinst, s'il est fourni par le paquet.

4. Dépaquetage des nouveaux fichiers et, en même temps, sauvegarde des anciens de manière à pouvoir les restaurer si quelque chose tourne mal.

5. Quand une ancienne version du même paquet est déjà installée, exécution du script postrm de l'ancien paquet. Il faut remarquer que ce script est exécuté après le script preinst du nouveau paquet, parce que les nouveaux fichiers sont écrits dans le même temps que les anciens sont supprimés.

6. Configuration du paquet. Voyez l'action --configure pour savoir comment cela se passe.

Dépaquète le paquet mais ne configure rien. Si l'option --recursive ou -R est utilisée, fichier-paquet doit alors indiquer un répertoire.
Configuration d'un paquet dépaqueté mais non encore configuré. Si l'option -a ou --pending est utilisée au lieu de paquet, tous les paquets dépaquetés mais non configurés sont configurés.

Pour reconfigurer un paquet qui l'a déjà été, vous devriez plutôt utiliser la commande dpkg-reconfigure(8).

La configuration comporte les étapes suivantes :

1. Dépaquetage des fichiers de configuration, et dans le même temps sauvegarde des anciens fichiers de configuration, de manière à pouvoir les restaurer si quelque chose se passe mal.

2. Exécution du script postinst, s'il est fourni par le paquet.

N'exécute que les actions différées (depuis dpkg 1.14.17). Toutes les actions différées en attente seront traitées. Si des noms de paquets sont fournis, les actions différées de ces paquets seront traitées, une fois chacune lorsque nécessaire. L'utilisation de cette option peut laisser des paquets dans les états incorrects de triggers-awaited et de triggers-pending. Cela peut être corrigé plus tard en exécutant : dpkg --configure --pending.
Supprimer un paquet installé. Cela supprime tout à l'exception des fichiers de configuration et les autres données nettoyées par le script postrm, ce qui évite d'avoir à reconfigurer le paquet s'il était réinstallé par la suite (ces fichiers sont les fichiers de configuration listés dans le fichier de contrôle DEBIAN/conffiles). S'il n'y a pas de fichier de contrôle DEBIAN/conffiles ni script DEBIAN/postrm, cette commande est, équivalente à l'appel de --purge. Si -a ou --pending est indiqué à la place d'un nom de paquet, alors tous les paquets dépaquetés mais marqués pour suppression dans le fichier /var/lib/dpkg/status seront supprimés.

La suppression d'un paquet comporte les étapes suivantes :

1. Lancement du script prerm

2. Suppression des fichiers installés

3. Lancement du script postrm

Purger un paquet installé ou déjà supprimé. L'action supprime tout, y compris les fichiers de configuration et tout le reste nettoyé de postrm. Si -a ou --pending est indiqué à la place d'un nom de paquet, tous les paquets dépaquetés ou supprimés mais marqués dans le fichier /var/lib/dpkg/status comme devant être purgés seront purgés.

Note: Some configuration files might be unknown to dpkg because they are created and handled separately through the configuration scripts. In that case, dpkg won't remove them by itself, but the package's postrm script (which is called by dpkg), has to take care of their removal during purge. Of course, this only applies to files in system directories, not configuration files written to individual users' home directories.

La suppression d'un paquet comporte les étapes suivantes :

1. Supprime le paquet s'il n'est pas déjà supprimé. Voir --remove pour plus de détails sur la façon dont cela est fait.

2. Exécuter le script postrm.

Vérifie l'intégrité du nom-du-paquet ou de tous les paquets, si omis, en comparant l'information des fichiers installés par un paquet avec l'information des métadonnées des fichiers stockée dans la base de données de dpkg (depuis dpkg 1.17.2). L'origine de l'information des métadonnées des fichiers dans la base de données, ce sont les paquets binaires eux-mêmes. Ces métadonnées sont collectées au moment du dépaquetage des paquets durant le processus d'installation.

Actuellement la seule vérification fonctionnelle effectuée est une comparaison des sommes de contrôle MD5 du contenu des fichier par rapport aux valeurs stockées dans la base de données des fichiers. La vérification n'a lieu que si la base de données contient les informations nécessaires. Pour vérifier si des métadonnées manquent dans la base de données, la commande --audit peut être employée.

On peut choisir le format de sortie avec l'option --verify-format, par défaut c'est le format rpm, mais cela pourrait changer dans le futur, et selon le format que les programmes analysant cette sortie de commande pourraient explicitement attendre.

Effectue une vérification du bon état et de consistance de la base de données sur le nom-du-paquet ou sur tous les paquets si omis (vérification par paquet depuis dpkg 1.17.10). Par exemple, recherche les paquets qui n'ont été que partiellement installés sur le système ou qui ont des données de contrôle ou des fichiers manquants, incorrects ou obsolètes. dpkg suggère une manière de les corriger.
Met à jour l'information de dpkg et de dselect sur les paquets disponibles. L'action --merge-avail combine les informations anciennes avec celles qui proviennent du fichier fichier-Packages. L'action --update-avail remplace les informations anciennes par celles qui proviennent du fichier fichier-Packages. Le fichier fichier-Packages distribué avec Debian est appelé simplement « Packages ». Si le paramètre fichier-Packages est manquant ou est nommé « - », alors, il sera lu à partir de l'entrée standard (depuis dpkg 1.17.7). dpkg garde son propre enregistrement des paquets disponibles dans /var/lib/dpkg/available.

Une simple commande permettant de récupérer et mettre à jour le fichier available est dselect update. Veuillez noter que ce fichier est à peu près inutile si vous n'utilisez pas dselect mais une interface basée sur APT. APT contient en effet son propre mécanisme pour suivre les paquets disponibles.

Met à jour l'information de dpkg et de dselect sur les paquets disponibles avec les informations qui proviennent de fichier-paquet. Si l'option --recursive ou -R est utilisée, fichier-paquet doit indiquer un répertoire.
Désormais obsolète et sans effet car dpkg oublie automatiquement les paquets désinstallés qui ne sont pas disponibles depuis (dpkg 1.15.4), mais seulement ceux qui ne contiennent pas d'informations pour l'utilisateur comme les sélections de paquets.
Efface les renseignements existants sur les paquets disponibles.
Obtient la liste des sélections de paquets et l'envoie sur la sortie standard. Sans un motif, les paquets non installés (c'est-à-dire ceux qui ont été précédemment purgés) ne seront pas affichés.
Modifie la liste des sélections des paquets en lisant un fichier sur l'entrée standard. Le format de ce fichier doit être de la forme « paquet état », où état vaut install, hold, deinstall ou purge. Les lignes vides ou les lignes de commentaires débutant par « # » sont autorisées.

Le fichier available doit être à jour pour que cette commande soit utile, autrement des paquets inconnus seront ignorés avec un avertissement. Veuillez consultez les commandes --update-avail et --merge-avail pour plus d'informations.

Met l'état de chaque paquet non essentiel à « deinstall » (depuis dpkg 1.13.18). Il faut utiliser cette option juste avant --set-selections, pour désinstaller les paquets qui ne sont pas affichés par --set-selections.
Recherche les paquets qui ont été sélectionnés pour l'installation, mais qui, pour une raison quelconque, ne sont pas encore installés.

Note: This command makes use of both the available file and the package selections.

Affiche un fichier unique qui est la cible d'une ou plusieurs pré-dépendances correspondantes et n'a lui-même pas de pré-dépendances insatisfaites.

Si un tel paquet est présent, l'affiche comme entrée du fichier Packages, et il peut être manipulé comme il se doit.

Note: This command makes use of both the available file and the package selections.

Renvoie 0 si un paquet est affiché, 1 quand il n'y a pas de paquet adéquat disponible et 2 en cas d'erreur.

Ajoute architecture à la liste d'architectures pour lesquelles les paquets peuvent être installés sans utiliser --force-architecture (depuis dpkg 1.16.2). L'architecture pour laquelle dpkg est compilé (c'est-à-dire ce qu'affiche --print-architecture) est toujours incluse dans cette liste.
Retire architecture de la liste d'architectures pour lesquelles les paquets peuvent être installés sans utiliser --force-architecture (depuis dpkg 1.16.2). Si cette architecture est actuellement utilisée dans la base de données, cette opération sera rejetée, sauf si --force-architecture est utilisé. L'architecture pour laquelle dpkg est compilé (c'est-à-dire ce qu'affiche --print-architecture) ne peut jamais être retirée de cette liste.
Affiche l'architecture des paquets installés (par exemple, « i386 »).
Affiche la liste, à raison d'une par ligne, des architectures supplémentaires pour lesquelles dpkg est autorisé à installer des paquets (depuis dpkg 1.16.2).
Déclare que dpkg prend en charge la fonction requise. Renvoie 0 si la fonction est complètement prise en charge, 1 si la fonction est reconnue mais que dpkg ne peut pas encore fournir sa prise en charge, et 2 si la fonction est inconnue. La liste actuelle des fonctions déclarables est :
Gère le champ Pre-Depends (depuis dpkg 1.1.0).
Gère les « epochs » dans les chaînes de version (depuis dpkg 1.4.0.7).
Gère les longs noms de fichier dans les archives deb(5) (depuis dpkg 1.4.1.17).
Gère plusieurs Conflicts et Replaces (depuis dpkg 1.4.1.19).
Gère les champs et les sémantiques multi-architectures (depuis dpkg 1.16.2).
Gère les Provides versionnés (depuis dpkg 1.17.11).
Supports the Protected field (since dpkg 1.20.1).
Valide que la chaîne quelque-chose a une syntaxe correcte (depuis dpkg 1.18.16). Renvoie 0 si la chaîne est valable, 1 si la chaîne n'est pas valable mais pourrait être accepté dans des contextes tolérants, et 2 si la chaîne n'est pas valable. La liste actuelle des quelque-choses acceptables est :
Valide le nom de paquet donné (depuis dpkg 1.18.16).
Valide le nom d'action différée donné (depuis dpkg 1.18.16).
Valide le nom d'architecture donné (depuis dpkg 1.18.16).
Valide la version donnée (depuis dpkg 1.18.16).
Compare des numéros de version, où op est un opérateur binaire. dpkg renvoie « true » (0) si la condition spécifiée est vérifiée, et renvoie « false » (1) dans le cas contraire. Il y a deux groupes d'opérateurs ; ils diffèrent par leur façon de traiter l'absence de ver1 ou de ver2. Pour les opérateurs suivants, lt le eq ne ge gt, l'absence d'une version est considérée comme inférieure à toute version ; pour les opérateurs lt-nl le-nl ge-nl gt-nl, l'absence d'une version est considérée comme supérieure à toute version. Les opérateurs < << <= = >= >> > ne sont fournis que pour la compatibilité avec la syntaxe du fichier de contrôle. Les opérateurs < et > sont obsolètes et ne devraient pas être utilisés du fait d'une sémantique pas claire. Comme illustration, 0.1< 0.1 est évaluée à vrai.
-?, --help
Affiche un court message d'aide.
Donne des renseignements sur les options --force-quelque-chose.
Donne des renseignements sur les options de débogage.
Affiche la version de dpkg.

When used with --robot, the output will be the program version number in a dotted numerical format, with no newline.

See dpkg-deb(1) for more information about the following actions, and other actions and options not exposed by the dpkg front-end.
Build a deb package.
List contents of a deb package.
Extract control-information from a package.
Extract the files contained by package.
Extract and display the filenames contained by a package.
Display control field(s) of a package.
Output the control tar-file contained in a Debian package.
Output the filesystem tar-file contained by a Debian package.
Show information about a package.
See dpkg-query(1) for more information about the following actions, and other actions and options not exposed by the dpkg front-end.
List packages matching given pattern.
Report status of specified package.
List files installed to your system from package-name.
Search for a filename from installed packages.
Display details about package-name, as found in /var/lib/dpkg/available. Users of APT-based frontends should use apt show package-name instead.

OPTIONS

On peut spécifier toutes les options à la fois sur la ligne de commande, dans le fichier de configuration de dpkg, /etc/dpkg/dpkg.cfg ou dans les fragments de fichiers du répertoire de configuration /etc/dpkg/dpkg.cfg.d/ (avec un nom qui respecte le motif « [0-9a-zA-Z_-]* »). Chaque ligne de ce fichier est soit une option (identique à une option en ligne de commande mais sans tirets initiaux), soit un commentaire, commençant par « # ».

Modifie le nombre d'erreurs au delà duquel dpkg s'arrête. Il est par défaut égal à 50.
Quand un paquet est supprimé, il peut arriver qu'un paquet installé dépendait du paquet supprimé. En spécifiant cette option, on obtient la déconfiguration automatique du paquet qui dépendait du paquet supprimé.
Switch debugging on. octal is formed by bitwise-ORing desired values together from the list below (note that these values may change in future releases). -Dh or --debug=help display these debugging values.

    Number   Description
         1   Generally helpful progress information
         2   Invocation and status of maintainer scripts
        10   Output for each file processed
       100   Lots of output for each file processed
        20   Output for each configuration file
       200   Lots of output for each configuration file
        40   Dependencies and conflicts
       400   Lots of dependencies/conflicts output
     10000   Trigger activation and processing
     20000   Lots of output regarding triggers
     40000   Silly amounts of output regarding triggers
      1000   Lots of drivel about e.g. the dpkg/info dir
      2000   Insane amounts of drivel
    
Forcer ou refuser (no-force et refuse signifient la même chose) de faire quelque chose. quelque-chose est une liste d'actions séparées par des virgules, décrites ci-après. --force-help affiche un message qui les décrit. Les actions marquées d'un (*) sont forcées par défaut.

Avertissement : ces options sont principalement destinées aux experts. Un usage auquel manque la pleine compréhension de leurs effets peut casser le système entier.

all : Met en œuvre (ou pas) toutes les options de forçage.

downgrade(*) : Installe un paquet, même si une version plus récente du paquet est déjà installée.

Avertissement : pour l'instant, dpkg ne recherche pas les dépendances lors d'un retour à une version inférieure d'un paquet ; il ne vous préviendra pas si la version choisie casse les dépendances d'un autre paquet. Cela peut avoir de sérieuses conséquences ; et si l'on revient à des versions antérieures des programmes essentiels du système, cela peut rendre votre système inutilisable. N'utiliser qu'avec précaution.

configure-any : configurer aussi les paquets dépaquetés mais non configurés dont dépend le paquet en question.

hold: Allow automatic installs, upgrades or removals of packages even when marked to be on “hold”. Note: This does not prevent these actions when requested explicitly.

remove-reinstreq : supprimer un paquet, même défectueux et marqué comme demandant une réinstallation. Il se peut, dès lors, que des éléments du paquet restent dans le système et soient oubliés par dpkg.

remove-protected: Remove, even if the package is considered protected (since dpkg 1.20.1). Protected packages contain mostly important system boot infrastructure. Removing them might cause the whole system to be unable to boot, so use with caution.

remove-essential : supprimer un paquet même s'il est considéré comme indispensable. Les paquets « Essential » comportent les commandes Unix les plus fondamentales et les enlever peut casser le système entier. Il faut utiliser cette option avec prudence.

depends : changer tous les problèmes de dépendance en avertissements. Cela affecte les champs Pre-Depends et Depends.

depends-version : ignorer les versions dans les questions de dépendance.Cela affecte les champs Pre-Depends et Depends.

breaks : forcer l'installation, même si cela risque de casser un autre paquet (depuis dpkg 1.14.6). Cela affecte le champ Breaks.

conflicts : installer un paquet, même s'il est en conflit avec un autre paquet. C'est dangereux car habituellement cela produit le remplacement de certains fichiers. Cela affecte le champ Conflicts.

confmiss : toujours installer le fichier de configuration manquant sans rien demander. Cette opération est dangereuse, puisque les changements apportés au fichier ne seront pas préservés (suppression).

confnew : quand un fichier de configuration a été modifié et que la version dans le paquet a changé, toujours installer la nouvelle version sans rien demander, sauf si l'option --force-confdef est aussi présente, auquel cas l'action par défaut est choisie.

confold : quand un fichier de configuration a été modifié et que la version du paquet a changé, garder l'ancienne version sans rien demander, sauf si l'option --force-confdef est aussi présente, auquel cas l'action par défaut est choisie.

confdef : quand un fichier de configuration a été modifié et que la version du paquet a changé, utilise toujours l'action par défaut, de manière non interactive. Quand il n'y a pas d'action par défaut, la commande s'arrête et interroge l'utilisateur, à moins que l'option --force-confnew ou l'option --force-confold n'ait été donnée, auquel cas elle se sert de ces options pour déterminer ce qu'il faut faire.

confask : si un fichier de configuration a été modifié, propose de le remplacer avec la version du paquet, même si celle-ci n'a pas changé (depuis dpkg 1.15.8). Si l'une des options --force-confmiss, --force-confnew, --force-confold, ou --force-confdef est également mentionnée, elle déterminera l'action finalement utilisée.

overwrite : remplacer un fichier par un fichier d'un autre paquet.

overwrite-dir : remplacer un répertoire d'un paquet par le fichier d'un autre paquet.

overwrite-diverted : remplacer un fichier détourné avec une version non détournée.

statoverride-add : remplacer une dérogation d'état existante lors de son ajout (depuis dpkg 1.19.5)

statoverride-remove : ignorer l'absence de dérogation d'état lors de sa suppression (depuis dpkg 1.19.5).

security-mac(*) : utiliser une sécurité basée sur le contrôle d'accès obligatoire (Mandatory Access Controls – MAC) spécifique à la plateforme lors de l'installation de fichiers dans le systèmes de fichiers (depuis dpkg 1.19.5). Sur les systèmes Linux, la mise en œuvre utilise SELinux.

unsafe-io : ne pas effectuer d'action d'entrée/sortie non sûre lors de la décompression (depuis dpkg 1.15.8.6). Cela implique actuellement de ne pas synchroniser le système de fichiers avant le renommage de fichiers, ce qui est une cause connue de dégradation des performances sur certains systèmes, en général ceux qui, peu fiables, ont besoin d'actions sûres pour éviter de terminer avec des fichiers de taille vide en cas d'interruption inopinée.

Note : pour ext4, le principal concerné, il est suggéré de plutôt utiliser l'option de montage nodelalloc, qui corrigera à la fois la dégradation des performances et les problèmes de sécurité des données. Elle permet notamment d'éviter de terminer avec des fichiers vides lors des arrêts brutaux pour tout logiciel qui ne synchronise pas le système de fichiers avant chaque renommage.

Avertissement : l'utilisation de cette option peut améliorer la performance mais augmente le risque de perte de données. Elle est donc à utiliser avec précautions.

script-chrootless : exécuter les scripts du responsable sans créer de chroot(2) dans instdir même si le paquet ne gère pas ce mode d'opération (depuis dpkg 1.18.5).

Avertissement : cela peut détruire le système hôte, utilisez avec des précautions extrêmes.

architecture : traiter même les paquets sans architecture ou avec une architecture incorrecte.

bad-version : traiter même les paquets dont la version est incorrecte (depuis dpkg 1.16.1).

bad-path : programmes importants non visibles par la variable PATH, ce qui va poser des problèmes.

not-root : tenter de (dés)installer même sans être root.

bad-verify : installer un paquet même si la vérification de son authenticité a échoué.

Ne tient pas compte de la vérification des dépendances pour les paquets spécifiés (en fait, la vérification est faite mais ne donne rien d'autre que des avertissements). Cela affecte les champs Pre-Depends, Depends et Breaks.
Faire tout ce qui doit être fait, mais n'écrire aucune modification. On utilise cette option pour voir ce qui se passe sans modifier quoi que ce soit.

Be sure to give --no-act before the action-parameter, or you might end up with undesirable results. (e.g. dpkg --purge foo --no-act will first purge package “foo” and then try to purge package ”--no-act”, even though you probably expected it to actually do nothing).

Traite récursivement tous les simples fichiers qui correspondent au motif *.deb et qui se trouvent dans les répertoires et sous-répertoires spécifiés. On peut utiliser cette option avec les actions -i, -A, --install, --unpack et --record-avail.
Ne pas installer un paquet si une version plus récente de ce paquet est déjà installée. C'est un alias pour --refuse-downgrade.
Fixe le répertoire d'administration à répertoire. Ce répertoire contient de nombreux fichiers donnant des informations au sujet de l'état des paquets installés ou non, etc. (Le répertoire par défaut est /var/lib/dpkg)
Fixe le répertoire d'installation qui indique où les paquets vont être installés. instdir est aussi le nom du répertoire indiqué à chroot(2) avant que ne soient lancés les scripts d'installation, ce qui signifie que ces scripts voient instdir comme répertoire racine. Le répertoire par défaut est « / ».
Fixe le répertoire racine à répertoire ce qui fixe le répertoire d'installation à « répertoire » et le répertoire d'administration à « répertoire/var/lib/dpkg ».
Traiter seulement les paquets qui sont sélectionnés pour l'installation. La sélection est réellement faite par dselect ou par dpkg quand ils manipulent les paquets. Par exemple, quand un paquet est supprimé, il est marqué comme ayant été sélectionné pour une désinstallation.
Ne pas installer le paquet si la même version du paquet est déjà installée.
Set an invoke hook command to be run via “sh -c” before or after the dpkg run for the unpack, configure, install, triggers-only, remove, purge, add-architecture and remove-architecture dpkg actions (since dpkg 1.15.4; add-architecture and remove-architecture actions since dpkg 1.17.19). This option can be specified multiple times. The order the options are specified is preserved, with the ones from the configuration files taking precedence. The environment variable DPKG_HOOK_ACTION is set for the hooks to the current dpkg action.

Note: Front-ends might call dpkg several times per invocation, which might run the hooks more times than expected.

Utilise motif-global comme filtre de chemins, soit en excluant, soit en ré-incluant des chemins précédemment exclus, correspondant au motif indiqué, pendant l'installation (depuis dpkg 1.15.8).

Warning: Take into account that depending on the excluded paths you might completely break your system, use with caution.

The glob patterns use the same wildcards used in the shell, were ‘*’ matches any sequence of characters, including the empty string and also ‘/’. For example, «/usr/*/READ*» matches «/usr/share/doc/package/README». As usual, ‘?’ matches any single character (again, including ‘/’). And ‘[’ starts a character class, which can contain a list of characters, ranges and complementations. See glob(7) for detailed information about globbing. Note: The current implementation might re-include more directories and symlinks than needed, to be on the safe side and avoid possible unpack failures; future work might fix this.

Cela peut servir à exclure tous les chemins sauf certains spécifiques. Un cas classique d'utilisation est :

 --path-exclude=/usr/share/doc/*
 --path-include=/usr/share/doc/*/copyright
    

qui permet de supprimer tous les fichiers de documentation sauf les fichiers de « copyright ».

Ces deux options peuvent être utilisées plusieurs fois et éventuellement être alternées entre elles. Les deux sont traitées dans l'ordre indiqué : la dernière règle correspondant à un fichier donné est alors celle qui sera utilisée.

Les filtres sont appliqués lors du dépaquetage des paquets binaires et, en tant que tel, ont seulement connaissance du type des objets qui sont en cours de filtrage (par exemple un fichier ordinaire ou un répertoire) et n'ont pas de visibilité des objets à venir. Comme ces filtres ont des effets secondaires (à la différence des filtres de find(1)), l'exclusion d'un chemin précis qui se trouve être un objet répertoire, comme /usr/share/doc, n'aura pas le résultat désiré, et seul ce chemin sera exclu (et qui pourrait être réintégré automatiquement si le code en voit la nécessité).Le dépaquetage de tous les fichiers suivants renfermés par ce répertoire échouera.

Astuce : Assurez-vous que les « globs » ne sont pas développés par le shell.

Définit le format de sortie de la commande --verify (depuis dpkg 1.17.2).

Le seul format de sortie géré actuellement est rpm, qui consiste en une ligne par chemin dont la vérification a échoué. Les lignes débutent par 9 caractères pour signaler les résultats d'une vérification spécifique, un « ? » implique que la vérification ne peut être réalisée (absence de prise en charge, droit d'accès de fichier, etc), « . » implique que la vérification est passée et un caractère alphanumérique implique qu'une vérification spécifique a échoué ; l'échec de vérification md5sum est identifiée par un « 5 » en troisième caractère. La ligne continue par une espace et un caractère d'attribut (comme « c » pour conffiles – fichiers de configuration), une autre espace et le nom de chemin.

Envoie un état du paquet compréhensible par la machine et met à jour cette information dans le descripteur de fichier n. Cette option peut être spécifiée plusieurs fois. L'information est généralement constituée d'un enregistrement par ligne, dans l'une des formes suivantes :
L'état du paquet a changé ; l'état est tel que dans le fichier d'état (« status file »).
Une erreur s'est produite. Les sauts de ligne éventuels dans message-d'erreur-complet seront convertis en espaces avant affichage.
Une question pour un fichier de configuration va être posée à l'utilisateur.
Envoyé juste avant le début du traitement d'une phase. Les phases sont upgrade, install (les deux sont envoyés avant le dépaquetage), configure, trigproc, disappear, remove, purge.
Send machine-readable package status and progress information to the shell command's standard input, to be run via “sh -c” (since dpkg 1.16.0). This option can be specified multiple times. The output format used is the same as in --status-fd.
Enregistre les mises à jour et actions des changements d'état dans fichier plutôt que dans le /var/log/dpkg.log par défaut. Si l'option est passée plusieurs fois, le dernier nom de fichier est utilisé. Les messages du journal ont cette forme :
Pour chaque invocation de dpkg où type est archives (avec une commande unpack ou install) ou packages (avec une commande configure, triggers-only, remove ou purge).
Pour les mises à jour des changements d'état.
Pour les actions où action est install, upgrade, configure, trigproc, disappear, remove ou purge.
Pour les changements du fichier de configuration où décision est install ou keep.
Use a machine-readable output format. This provides an interface for programs that need to parse the output of some of the commands that do not otherwise emit a machine-readable output format. No localization will be used, and the output will be modified to make it easier to parse.

The only currently supported command is --version.

Désactive l'utilisation d'un afficheur pour montrer les informations (depuis dpkg 1.19.2).
Ne pas tenter de vérifier la signature des paquets.
Durant ce traitement, ne pas lancer d'actions différées (depuis dpkg 1.14.17), mais les activations seront toujours enregistrées. S'il est utilisé avec --configure paquet ou --triggers-only paquet alors le postinst du paquet sera toujours exécuté même si seule l'exécution d'une action différée est nécessaire. L'utilisation de cette option peut laisser des paquets dans les mauvais états triggers-awaited et triggers-pending. Cela peut être corrigé plus tard en exécutant dpkg --configure --pending.
Annule un précédent --no-triggers (depuis dpkg 1.14.17).

CODE DE SORTIE

0
L'action demandée s'est correctement déroulée. Ou bien une commande de vérification ou de déclaration renvoie « true ».
1
Une commande de vérification ou de déclaration renvoie « false ».
2
Erreur fatale ou irrécupérable due à l'utilisation d'une ligne de commande non valable, ou interactions avec le système, telles que des accès à la base de données, des allocations de mémoire, etc.

ENVIRONNEMENT

Environnement externe

Cette variable devrait être définie dans l'environnement et pointer vers les chemins du système où plusieurs programmes requis devraient se trouver. Si la variable n'est pas définie ou si les programmes ne sont pas trouvés, dpkg s'arrête.
Si cette option est utilisée, dpkg utilisera le répertoire indiqué pour lire le fichier de configuration propre à l'utilisateur.
Si cette option est utilisée, dpkg utilisera le répertoire indiqué pour créer les fichiers et répertoires temporaires.
Le programme exécuté par dpkg quand il lance un nouvel interpréteur de commandes interactif ou lance une commande avec le shell.
The program dpkg will execute when running a pager, which will be executed with «$SHELL -c», for example when displaying the conffile differences. If SHELL is not set, «sh» will be used instead. The DPKG_PAGER overrides the PAGER environment variable (since dpkg 1.19.2).
Définit le mode de couleur (depuis dpkg 1.18.5). Les valeurs actuellement acceptées sont auto (par défaut), always et never.
Définit les drapeaux de forçage (depuis dpkg 1.19.5). Quand cette variable est présente, aucune des options internes de forçage par défaut ne sera appliquée. Si la variable est présente mais vide, tous les drapeaux de forçage seront désactivés.
If set and the --admindir or --root options have not been specified, it will be used as the dpkg administrative directory (since dpkg 1.20.0).
Définie par une interface de gestion de paquets pour notifier à dpkg qu'il ne devrait pas obtenir le verrou d'interface (dpkg 1.19.1).

Environnement interne

Définie par dpkg à « -FRSXMQ », si ce n'est pas déjà configuré, lors du lancement d'un afficheur (depuis dpkg 1.19.2). Pour modifier le comportement par défaut, cette variable peut être configurée à une autre valeur y compris une chaîne vide ; alternativement, les variables PAGER ou DPKG_PAGER peuvent être réglées pour désactiver des options particulières avec « -+ », par exemple DPKG_PAGER="less -+F".
Définie par dpkg dans l'environnement du script du responsable pour indiquer quelle installation activer (depuis dpkg 1.18.5). La valeur est destinée à être ajoutée avant n'importe quel chemin sur lequel les scripts du responsable agissent. Pendant une opération normale, cette variable est vide. Lors de l'installation de paquets dans un instdir différent, dpkg invoque normalement les scripts du responsable avec chroot(2) et laisse cette variable vide, mais si --force-script-chrootless est indiqué, alors, l'appel de chroot(2) est ignoré et instdir n'est pas vide.
Définie par dpkg dans l'environnement du script du responsable, pour indiquer le répertoire d'administration à utiliser (depuis dpkg 1.16.0). Cette variable est toujours fixée à la valeur actuelle de --admindir.
Définie par dpkg dans l'environnement du sous-processus pour tous les noms d'options de forçage actuellement activées séparés par des virgules (depuis dpkg 1.19.5).
Cette variable est définie pour le shell lancé par dpkg lorsqu'il lui est demandé d'analyser la situation lors du traitement des fichiers de configuration (depuis dpkg 1.15.6). La valeur actuellement valable est : conffile-prompt.
Cette variable est définie pour le shell lancé par dpkg lorsqu'il lui est demandé d'analyser la situation lors du traitement des fichiers de configuration (depuis dpkg 1.15.6). Elle contient le chemin de l'ancien fichier de configuration.
Cette variable est définie pour le shell lancé par dpkg lorsqu'il lui est demandé d'analyser la situation lors du traitement des fichiers de configuration (depuis dpkg 1.15.6). Elle contient le chemin du nouveau fichier de configuration.
Cette variable est définie par dpkg pour le shell lancé lors de l'exécution d'une action de point d'entrée (depuis dpkg 1.15.4). Elle contient l'action actuelle de dpkg.
Cette variable est définie par dpkg dans l'environnement du script du responsable. Elle contient la version de l'instance de dpkg en cours d'exécution (depuis dpkg 1.14.17).
Définie par dpkg dans l'environnement du script du responsable, cette variable contient le nom du paquet (sans qualification d'architecture) en cours de traitement (depuis dpkg 1.14.17).
Définie par dpkg dans l'environnement du script du responsable, cette variable contient le compte de référence du paquet, c'est-à-dire le nombre d'instances de paquet avec un état plus élevé que not-installed (depuis dpkg 1.17.2).
Définie par dpkg dans l'environnement du script du responsable, cette variable contient l'architecture pour laquelle le paquet a été construit (depuis dpkg 1.15.4).
Définie par dpkg dans l'environnement du script du responsable, cette variable contient le nom du script en cours d'exécution, preinst, postinst, prerm ou postrm (depuis dpkg 1.15.7).
Cette variable est définie par dpkg dans l'environnement du script du responsable à une valeur (« 0 » ou « 1 ») notant si le débogage a été demandé (avec l'option --debug) pour les scripts du responsable (depuis dpkg 1.18.4).

FICHIERS

/etc/dpkg/dpkg.cfg.d/[0-9a-zA-Z_-]*
Fragments de fichiers de configuration (depuis dpkg 1.15.4).
/etc/dpkg/dpkg.cfg
Fichier de configuration contenant les options par défaut.
/var/log/dpkg.log
Fichier journal standard. Voyez /etc/dpkg/dpkg.cfg et l'option --log.

Les autres fichiers répertoriés ici sont dans leur répertoire par défaut, voyez l'option --admindir pour savoir comment changer l'emplacement de ces fichiers.

/var/lib/dpkg/available
Liste des paquets disponibles.
/var/lib/dpkg/status
États des paquets disponibles. Ce fichier contient des informations qui permettent de savoir si un paquet est marqué comme devant être supprimé ou pas, devant être installé ou pas, etc. Voyez la section RENSEIGNEMENTS SUR LES PAQUETS pour des informations supplémentaires.

Le fichier d'état est sauvegardé quotidiennement dans /var/backups. Cela peut être utile en cas de perte ou de corruption due à des problèmes de système de fichiers.

Le format et le contenu d'un paquet binaire sont décrits dans deb(5).

BOGUES

L'option --no-act ne donne pas assez d'informations utiles.

EXEMPLES

Affichage des paquets installés liés à l'éditeur vi(1) (noter que dpkg-query ne charge plus le fichier available par défaut, sauf si l'option dpkg-query --load-avail est utilisée) :

 dpkg -l '*vi*'

Pour voir les entrées de /var/lib/dpkg/available concernant deux paquets :

 dpkg --print-avail elvis vim | less

Pour rechercher vous-même dans la liste des paquets :

 less /var/lib/dpkg/available

Pour supprimer le paquet installé elvis :

 dpkg -r elvis

Pour installer un paquet, vous devez d'abord le trouver dans une archive ou sur un CD. Le fichier available montre que le paquet vim se trouve dans la section « editors » :

 cd /media/cdrom/pool/main/v/vim
 dpkg -i vim_4.5-3.deb

Pour faire une copie locale des états de sélection des paquets :

 dpkg --get-selections> myselections

You might transfer this file to another computer, and after having updated the available file there with your package manager frontend of choice (see <https://wiki.debian.org/Teams/Dpkg/FAQ> for more details), for example:

 apt-cache dumpavail | dpkg --merge-avail

ou avec dpkg 1.17.6 et les versions antérieures :

 avail=$(mktemp)
 apt-cache dumpavail> "$avail"
 dpkg --merge-avail "$avail"
 rm "$avail"

vous pouvez l'installer de cette manière :

 dpkg --clear-selections
 dpkg --set-selections <myselections

On remarquera que cela n'installe ou ne supprime rien du tout ; cela ne fait qu'enregistrer l'état souhaité des paquets. Vous aurez besoin d'autres applications pour récupérer et installer réellement les paquets requis. Par exemple, exécuter apt-get dselect-upgrade.

Habituellement, vous trouverez que dselect(1) fournit une façon plus aisée de modifier les états de sélection des paquets.

FONCTIONNALITÉS SUPPLÉMENTAIRES

D'autres possibilités sont offertes en installant les paquets suivants : apt, aptitude et debsums.

VOIR AUSSI

aptitude(8), apt(8), dselect(1), dpkg-deb(1), dpkg-query(1), deb(5), deb-control(5), dpkg.cfg(5), and dpkg-reconfigure(8).

AUTEURS

Consultez /usr/share/doc/dpkg/THANKS pour la liste de ceux qui ont contribué à dpkg.

TRADUCTION

Ariel VARDI <ariel.vardi@freesbee.fr>, 2002. Philippe Batailler, 2006. Nicolas François, 2006. Veuillez signaler toute erreur à <debian-l10n-french@lists.debian.org>.

2021-04-13 1.20.9