Scroll to navigation

dpkg-parsechangelog(1) dpkg suite dpkg-parsechangelog(1)

NOM

dpkg-parsechangelog - Analyse un fichier changelog Debian.

SYNOPSIS

dpkg-parsechangelog [option...]

DESCRIPTION

dpkg-parsechangelog lit et fait l'analyse du fichier « changelog » d'une arborescence source dépaquetée et affiche les informations qu'il contient sur la sortie standard et sous une forme lisible par la machine.

OPTIONS

Indique le fichier des changements où trouver des renseignements. Un « - » peut être utilisé pour spécifier une lecture à partir de l'entrée standard. Par défaut, c'est le fichier debian/changelog.
Indique le format du fichier changelog. Par défaut, c'est une ligne spéciale, près de la fin du fichier, qui l'indique ; sinon, on utilise le format classique debian. Voir aussi FORMATS DES FICHIERS DE CHANGEMENTS.
Option obsolète sans effet (depuis dpkg 1.18.8). Fixer les variables d'environnement de Perl PERL5LIB ou PERLLIB a un effet similaire lors de la recherche des modules d'analyse de Perl.
Indique le nom du champ à afficher (depuis dpkg 1.17.0). Le nom du champ n'est pas affiché, mais seulement sa valeur.
-?, --help
Affiche un message d'aide puis quitte.
Affiche le numéro de version puis quitte.

Options de filtrage

Les options suivantes peuvent être utilisées pour influencer la sortie de l'analyseur du journal des modifications (« changelog »), par exemple la gamme d'entrées ou le format de sortie.

Règle le format de sortie. Actuellement les valeurs gérées sont dpkg et rfc822. dpkg est le format classique de sortie (avant que cette option n'existe) et l'option par défaut. Il se compose d'un paragraphe dans le format du fichier de contrôle Debian (voir deb-control(5)). Si plus d'une entrée est demandée, alors la plupart des champs sont tirés de la première entrée (habituellement la plus récente), sauf si c'est indiqué autrement.
La priorité la plus élevée de toutes les entrées incluses est utilisée, suivie par les commentaires concaténés et séparés par des espaces pour toutes les versions demandées.
La date de l'entrée sous forme d'une chaîne, telle qu'elle apparaît dans le changelog. Avec un format strptime(3) « %a, %d %b %Y %T %z » mais où le nom du jour de la semaine pourrait ne pas vraiment correspondre au jour réel obtenu à partir du reste de la chaîne de date. Si une représentation plus précise du jour est nécessaire, utilisez le champ Timestamp, mais il faut prendre en compte qu'il pourrait ne pas être possible de la faire correspondre à la valeur exacte de ce champ.
La date de l'entrée comme horodatage en secondes depuis « l'epoch » (depuis dpkg 1.18.8).
Les champs « Closes » de toutes les entrées incluses sont fusionnés.
Les textes de toutes les entrées de changelog sont concaténés. Pour faire de ce champ un champ de contrôle Debian valable, les lignes multiples qui sont vides sont remplacées par un point « . » et toutes les lignes sont indentées par une seule espace. Le contenu exact dépend du format du changelog.

Les champs Version, Distribution, Urgency, Maintainer et Changes sont obligatoires.

Il est possible d'avoir d'autres champs qui sont définis par l'utilisateur.

Le format rfc822 utilise les mêmes champs mais le résultat est un paragraphe distinct pour chaque entrée du changelog afin que toutes les métadonnées de chaque entrée soit préservées.

Include all changes in reverse order (since dpkg 1.19.1).

Note: For the dpkg format the first entry will be the most ancient entry.

Include all changes. Note: Other options have no effect when this is in use.
Inclut tous les changements qui ont suivi la version.
Inclut tous les changements qui ont eu lieu avant la version.
Inclut tous les changements depuis la version (incluse).
Inclut tous les changements apportés jusqu'à la version comprise.
Inclut ce nombre d'entrées depuis le début (ou la fin si le nombre est inférieur à 0).
Modifie le point de départ pour --count, à compter du début (ou la fin si le nombre est inférieur à 0).

FORMATS DE JOURNAUX DE MODIFICATIONS

Il est possible d'utiliser un format différent de celui utilisé habituellement, en fournissant un analyseur pour le format alternatif.

Afin que dpkg-parsechangelog utilise le nouvel analyseur, il doit exister une ligne, parmi les 40 dernières du fichier, qui corresponde à l'expression régulière Perl “\schangelog-format:\s+([0-9a-z]+)\W (la partie entre parenthèses doit être le nom du format). Exemple :

@@@ changelog-format: otherformat @@@

Les noms de formats de journaux de modifications sont des chaînes non vides de caractères alphanumériques en minuscules (« a-z0-9 »).

Si une telle ligne existe, dpkg-parsechangelog recherchera l'analyseur sous le nom du module Perl Dpkg::Changelog::autreformat ; s'il n'est pas présent, c'est une condition d'erreur. Le nom de l'analyseur dans le module Perl sera automatiquement mis en capitale. Le format de journaux de modifications par défaut est debian et un analyseur pour ce format est fourni par défaut.

L'analyseur doit être dérivé de la classe Dpkg::Changelog et implémenter l'interface documentée requise.

Si le format du journal des modifications analysé laisse toujours ou presque une ligne blanche entre chaque changement, ces lignes blanches devraient être retirées, afin de rendre l'affichage de sortie plus compact.

Si le journal des modifications ne contient pas d'informations de date ou de nom de paquet, cette information doit être omise de l'affichage. L'analyseur ne doit pas essayer de les calculer ou de les retrouver depuis d'autres sources.

Si le journal des modifications n'utilise pas le format attendu, l'analyseur produira une erreur, plutôt que d'essayer de s'en tirer comme il peut et produire une sortie incorrecte.

Un analyseur de journal de modifications ne doit pas du tout interagir avec l'utilisateur.

NOTES

Toutes les options d'analyse sauf -v sont gérées par dpkg seulement depuis la version 1.14.16.

Analyse des options courtes avec des valeurs non-groupées, disponible seulement à partir de dpkg 1.18.0.

ENVIRONNEMENT

Définit le mode de couleur (depuis dpkg 1.18.5). Les valeurs actuellement acceptées sont auto (par défaut), always et never.
Si cette variable est définie, elle sera utilisée pour décider l'activation de la prise en charge des langues (NLS – Native Language Support), connu aussi comme la gestion de l'internationalisation (ou i18n) (depuis dpkg 1.19.0). Les valeurs permises sont : 0 et 1 (par défaut).

FICHIERS

Le journal des modifications ; on s'en sert pour connaître les informations qui dépendent d'une version du paquet source, par exemple l'urgence ou la distribution d'une installation sur le serveur, les modifications faites depuis telle édition et le numéro de la version source lui-même.

VOIR AUSSI

deb-changelog(5).

TRADUCTION

Ariel VARDI <ariel.vardi@freesbee.fr>, 2002. Philippe Batailler, 2006. Nicolas François, 2006. Veuillez signaler toute erreur à <debian-l10n-french@lists.debian.org>.

2021-04-13 1.20.9